Afis Science - Association française pour l’information scientifique

Science et pseudo-sciences

Accueil > Archives > Modélisation de l’impact des tsunamis sur l’ionosphère

Modélisation de l’impact des tsunamis sur l’ionosphère

mardi 5 décembre 2006

C’est au cours des années 70 qu’a été proposée l’idée qu’un tsunami puisse provoquer un signal dans l’ionosphère. Celle-ci fut confirmée par une première observation lors du séisme du Pérou du 23 juin 2001, dont la magnitude était de 8.2.

Plus puissant, le séisme de Sumatra, survenu le 26 décembre 2004, a également provoqué des perturbations ionosphériques observées à l’aide de différentes techniques parmi lesquelles les observations des satellites altimétriques Topex-Poseidon et Jason, et le système GPS.

Le principe physique est simple : généré par un séisme ayant soulevé le fond de l’océan, le tsunami soulève la surface de l’eau. Cette variation brusque de la surface océanique génère à son tour une onde de gravité dans l’atmosphère neutre. Celle-ci se propage verticalement vers la haute atmosphère. Lorsqu’elle atteint l’ionosphère, elle communique une partie de sa vitesse aux ions et électrons de l’ionosphère, changeant ainsi leur densité. Il est alors possible d’observer et de mesurer ce signal, qui s’estompe et disparaît ensuite du fait de la diffusion chimique dans l’atmosphère.

A partir des enregistrements de la modification de l’état d’ionisation de l’atmosphère réalisés par les deux satellites Topex Poseidon et Jason1, qui survolaient l’océan Indien au moment de la propagation du tsunami de Sumatra, des chercheurs de l’IPGP/CNRS, du CEA et de l’ONERA sont parvenus à modéliser l’ensemble du processus physique et des couplages entre le tsunami, l’atmosphère neutre et l’atmosphère ionisée. Ils ont montré qu’il faut environ une heure pour que le signal déclenché par le tsunami atteigne 300 km et provoque un signal ionosphérique significatif, qui disparaît ensuite en quelques heures. La comparaison de la simulation et des observations est satisfaisante.

Une telle concordance entre les observations et la modélisation ouvre des perspectives nouvelles pour la surveillance des tsunamis et la mise en place de services d’alerte.


Cette information est un extrait du BE France numéro 184 du 24/11/2006 rédigé par l’ADIT. Les Bulletins Electroniques (BE) sont un service ADIT et sont accessibles gratuitement sur www.bulletins-electroniques.com


Voir en ligne : http://www.bulletins-electroniques.com/actualites/40248.htm