Accueil / En direct de l’ASP / 12 000 morts et 2,5 milliards $

12 000 morts et 2,5 milliards $

Publié en ligne le 2 mai 2006 - Sociologie
par Marc Ouellet

Il ne s’agit pas du bilan de la libération des Pays-Bas en 1945 mais bien des coûts annuels du tabagisme au Québec. Pour lutter contre ce fléau, le Ministère de la Santé et des Services sociaux a mis sur pied en 1999 le Plan québécois de lutte contre le tabagisme. Six ans plus tard, ce plan semble porter ses fruits.

Johanne Provencher, omnipraticienne responsable de la Clinique d’aide aux fumeurs du Pavillon de prévention des maladies cardiaques de l’Hôpital Laval, à Québec et Raymond Lamontagne, intervenant psychosocial au même endroit en sont convaincus. En 1999, 39 % des Québécois de 20 à 24 ans fumaient. Cinq ans plus tard, ils n’étaient plus que 32 %. « Le Québec est à l’avant-garde de la lutte contre le tabagisme si l’on regarde ce qui se fait ailleurs, notamment en Europe » soutient Raymond Lamontagne. « Même les États-Unis, où la lutte au tabagisme est engagée depuis plus longtemps, n’affichent pas un bilan aussi remarquable que le Québec » de renchérir Mme Provencher.

Le succès du plan tient en deux mots : mobilisation et concertation, depuis le médecin de famille jusqu’au restaurateur du coin qui bannit la cigarette avant même d’y être tenu par la loi. « Notre but, de dire M. Lamontagne, c’est de “dénormaliser” le tabac, de l’extraire de notre culture et nous sommes bien partis puisque 80 % de la population appuie notre lutte, y compris les deux tiers des fumeurs. »

La nature publique du système de santé québécois contribue aussi au succès de la lutte contre le tabagisme. Depuis l’an 2000, le Régime d’assurance médicaments du Québec rembourse timbres, gommes et autres outils pharmacologiques aidant les fumeurs à se débarrasser de leur funeste habitude. En 2004, plus de 83 000 personnes ont profité de cette aide. La facture pour le Trésor public : 10,7 millions $. De l’argent bien investi quand on pense aux économies à long terme.


Mots-clés : Sociologie


Partager cet article