Science et Pseudo-Sciences n°262

Sommaire

Éditorial. Science et culture Du côté de la science Michel Rouzé (1910-2004) : Biographie illustrée - Témoignages Yves Galifret, Jean-Claude Pecker, Philippe Cousin, Albert Jacquard Passage de Vénus devant le Soleil (Arkan Simaan) Une liaison orageuse (Agnès Lenoire) Presse féminine et Astrologie (Laurent Puech) Carte blanche à... Martin Winckler. Chance et malchance Bio, chimie et « médecine-nature » (Monique Bertaud) Livres et revues Petites Nouvelles Lecteurs et internautes Petites histoires paranormales (Georges Chapouthier) En sciences physiques, sornettes sur Internet La sindonologie (Jean Gunther)

L’édito

Science et culture

« Il faut mettre la science en culture » affirme Jean-Marc Lévy-Leblond. Le ciel, ouvert à tous, nous offre de nuit en nuit les occasions de renouer avec la science et de la cultiver. Les hommes du néolithique, 3600 ans avant notre ère, se servaient déjà du ciel pour programmer les récoltes, grâce à l’observation des Pléiades 1.

Lire la suite

À toutes les époques, le ciel a fasciné, intrigué, provoqué des questionnements, induit des usages (calendriers). Les hommes se sont toujours essayés à expliquer les phénomènes, et beaucoup de mythes et de légendes en sont nés. Pourtant la connaissance a progressé de concert, bien que de manière parallèle, avec les tâtonnements et même les déraisons.

Malgré nos errances persistantes (les horoscopes sont mieux connus que les cartes célestes), le ciel continue de nous faire signe. Il y eut l’éclipse de Soleil de 1999, inoubliable, qui mobilisa les foules et relança l’astronomie en tant que loisir culturel. Cinq ans après, comme pour nous dire « ne relâchez pas votre intérêt, je reviens vous émerveiller ! », le ciel se manifeste à nouveau par un événement moins spectaculaire que l’éclipse totale, mais rare et chargé d’histoire : le passage de Vénus devant le Soleil, qui aura lieu ce 8 juin.

Phénomène que personne de vivant sur terre n’a jamais vu, le transit de Vénus pourra sans doute être observé avec des lunettes d’éclipse, donc sans instrument grossissant. Mais par projection, l’événement pourra se faire admirer en groupe et sera une occasion de plus de partager les questions et les découvertes.

Si les spectacles célestes viennent à nous, si des astronomes se mobilisent pour les faire observer, c’est que la science peut se mettre en culture avec peu de moyens...

L’article d’Arkan Simaan vous montrera à quel point ce passage a rassemblé des générations de scientifiques passionnés. Aujourd’hui, c’est à nous, grand public, de nous mobiliser pour nous réapproprier cet événement, nous enrichir, et prouver que science et culture, c’est possible.

1 Lire à ce sujet les articles « L’aube de l’astronomie » dans Ciel et espace d’avril 2004, et « Le disque céleste de Nebra » dans Pour la Science d’avril 2004.

Ce numéro est disponible en version papier

Acheter