Accueil / Un monde fou, fou, fou... / Astrologie, de la science à l’instinct, de l’instinct au silence

Astrologie, de la science à l’instinct, de l’instinct au silence

Publié en ligne le 26 octobre 2008 - Astrologie
par Jean-Paul Krivine - SPS n° 283, octobre 2008

Élizabeth Teissier avait fait de sa « thèse de sociologie » un véritable plaidoyer en faveur de ce qu’elle appelle « la science des astres », réaffirmant une base scientifique à sa pratique, exhibant des « preuves irréfutables », et demandant la réintroduction de son enseignement à l’université, d’où Colbert l’avait chassé en 1666.

Bien loin de ces notions de science, d’expérience et de rigueur vantés dans sa thèse, elle nous livre dans un récent entretien accordé au journal suisse Le Matin 1 ce qui est vraisemblablement la clé du succès de l’astrologie : « on s’imagine prendre une décision sage parce que raisonnable, mais l’avenir prouve souvent qu’on aurait mieux fait de fonctionner à l’intuition. Quand une petite voix intérieure nous parle, il faut l’écouter. » L’instinct donc. Même pas de savants calculs sur la position des astres ? Force est de constater que, même à l’instinct, Élizabeth Teissier se trompe beaucoup (voir SPS numéro 282).

Le moins risqué est sans aucun doute alors de discourir du passé, et de ne pas trop s’aventurer sur le futur. C’est en tout cas ce que préfère faire Audrey Gaillard, autre astrologue des médias 2. Elle revient ainsi longuement sur la libération d’Ingrid Betancourt et nous explique pourquoi ce « Capricorne, ascendant Taureau » avec un thème « à dominante jupitérienne » a eu la destinée que l’on connaît. Devançant la question qui taraude le lecteur, pourquoi n’écrire qu’après la libération de l’otage, Audrey Gaillard nous livre cette explication : « J’ai été plusieurs fois tentée de le faire [publier un billet avant la libération de l’otage], j’y ai toujours renoncé. Pourquoi ? Parce que certains indices dans son thème évoquaient autant la liberté qu’une issue bien plus tragique. Que penser face à un transit de Pluton, dieu de la mort et des enfers ? Pluton, qui fait régner l’obscurité, l’absurdité, mais aussi l’angoisse et la violence... Pluton permet parfois de renaître après avoir connu “la mort” : il symbolise aussi les transformations profondes, les mutations... »

Bref, un Pluton confus, et un « instinct » qui incite à une certaine prudence, voilà l’explication. En effet, pronostiquer la libération d’un otage est aussi risqué que de pronostiquer la victoire de l’équipe de France à l’Euro de Foot. L’expérience d’Élizabeth Teissier a servi à ses consœurs.


Mots-clés : Astrologie

Publié dans le n° 283 de la revue


Partager cet article