Accueil / Regards sur la science / Chaud devant ...

Chaud devant ...

Publié en ligne le 8 juin 2005 -

Les éditions du 8 juin 2005 de Nature et du New Scientist plongent au cœur de la sexualité humaine puisqu’elles mettent en lumière d’une part la forte influence génétique sur la capacité féminine à atteindre l’orgasme et d’autre part le rôle positif que pourrait jouer la pornographie hétérosexuelle sur la fertilité masculine.

de l’influence de l’acide désoxyribonucléique sur l’orgasme féminin...

Selon une étude publiée dans Biology Letters portant sur 4000 femmes âgées de 19 à 83 ans, dont 700 paires de vraies jumelles (ADN identique), hétérosexuelles ou homosexuelles (3 % de femmes homo ou bisexuelles), au moins un tiers, et jusqu’à 45 % des différences entre femmes dans leur capacité à atteindre l’orgasme durant une relation sexuelle ou par masturbation pourrait être expliqué par les gènes. (voir détails, en anglais, dans les liens sur les articles du New Scientist et de Nature).

Ces résultats intéressent les scientifiques à double titre.

Tout d’abord sur le plan de la connaissance ; en effet autant l’atteinte de l’orgasme masculin est indispensable pour la reproduction, celui de l’orgasme féminin n’est pas nécessaire. Or il existe néanmoins chez la femme comme chez des femelles de quelques autres primates ; une question récurrente est de savoir quel pourrait être l’avantage adaptatif éventuel de cet orgasme ; des psychologues, et notamment des psychologues évolutionnistes ont avancé des hypothèses diverses ; cette étude pourrait apporter des arguments de poids à la théorie développée par Elisabeth Lloyd de l’Indiana University à Bloomington IN (USA) selon laquelle l’orgasme féminin existant chez quelques primates dont notre espèce serait un écho accidentel de l’orgasme masculin, un peu comme les mamelons des mâles sont des échos inutiles des mamelles des femelles.

Ensuite, accident ou pas, c’est quand même sympa, et, alors que des molécules, comme le Viagra de Pfizer, ont pu être développées pour venir au secours des difficultés érectiles masculines, il n’existe pas encore d’assistance moléculaire aux dysfonctionnements d’ordre sexuel féminins. La poursuite de cette voie génétique pourrait en donner des clés. A quand l’orgasme génétiquement modifié (OGM) ? :-)

de l’influence de la pornographie sur la fertilité masculine...

Que cela sonne bien ou mal à des oreilles chastes, il semble désormais établi que le sperme de mâles humains regardant des photos démonstratives de deux hommes nus avec une femme nue est de meilleure qualité que celui de mâles regardant des photos ou seules des femmes figurent.

Leigh Simmons et Sarah Kilgallon, de University of Western Australia, Perth (Australie) ont mis ce phénomène en évidence au détour d’une étude réalisée (pour un autre objectif) sur 52 hommes hétérosexuels. Le laboratoire a mis à disposition de ces volontaires un jeu de photos explicites mettant en œuvre deux hommes et une femme, pour les unes, et mettant en œuvre trois femmes, pour les autres ; il leur a été demandé de fournir un échantillon de sperme à l’issue de leur examen studieux. Il n’a pas été décelé de différence significative sur le nombre de spermatozoïdes entre les deux populations, par contre les chercheurs ont mis en évidence que le facteur image expliquait à lui seul 90 % des différences de mobilité constatées des spermatozoïdes, ce qui est un facteur clef de la fertilité.

Ceci n’est a priori en rien une surprise ; l’impact positif sur la qualité du sperme de la mise en compétition des mâles (car ce sont de tels mécanismes que déclencheraient la confrontation à des photos de pornographie mixte) a pu être constaté chez d’autres espèces animales (par des essais en situation que des raisons éthiques évidentes rendent plus difficilement envisageables chez l’être humain). Néanmoins ces résultats ne peuvent être considérés comme acquis sur un échantillonnage aussi réduit, et, par delà, leur validation, il n’est pas certain que toutes les candidates à la maternité soient prêtes à ajouter cette pratique à la mise en condition de leur compagnon...

Sources (en anglais) :

- orgasme féminin et génétique

New Scientist : http://www.newscientist.com/article.ns?id=dn7481

Nature : http://www.nature.com/news/2005/050606/full/050606-4.html

Elisabeth Lloyd : http://www.indiana.edu/ animal/speakers/lloyd.html

- pornographie hétérosexuelle et fertilité masculine

Nature : http://www.nature.com/news/2005/050606/full/050606-5.html


Partager cet article