Accueil / Dialogue avec nos lecteurs / Courrier des lecteurs : avril à juin 2016

Courrier des lecteurs : avril à juin 2016

Publié en ligne le 22 novembre 2016 -
SPS n°317, juillet 2016

Nous ne pouvons pas publier tous les courriers reçus, ni les publier dans leur intégralité. Les choix opérés et les coupures faites sont de la seule responsabilité de la rédaction.

Congelez vos ovocytes… pour vous faire exploiter ?

Dans le dernier numéro de Science et pseudo-sciences, on en apprend beaucoup sur les pesticides et la radioactivité. C’est toujours un plaisir de lire quelques vérités à contre-courant de l’idéologie alarmiste dominante. Par contre, le sujet que vous avez traité à propos de la congélation des ovocytes me paraît moins convaincant [...].

On peut effectivement y voir un avantage, à la fois pour les femmes qui ne seraient pas pénalisées par une ou plusieurs naissances dans leur évolution professionnelle, et pour l’économie qui profiterait d’un apport supplémentaire d’employées qualifiées. Malheureusement, Dame Nature n’a pas créé notre espèce avec deux catégories de géniteurs égaux et interchangeables. Quand on dispose, dans son corps, d’un appareil capable de développer et mettre au monde un bébé au bout de neuf mois, on n’est pas forcément prête à attendre la cinquantaine pour procréer. Et, à l’âge d’être grand-mère, aura-t-on la force et le courage d’élever cet enfant qui verra peut-être disparaître prématurément ses vieux parents ? [...]

Ce n’est pas non plus l’égalité des sexes qui motive la générosité de ces célèbres firmes. Elles espèrent ainsi rentabiliser l’emploi féminin à plein temps et en heures supplémentaires, même le week-end, tout en réduisant leur participation aux dépenses sociales destinées aux congés parentaux et aux crèches. Certes, pour le moment, il n’y a aucune obligation de ne pas enfanter. Mais on trouvera bien le moyen de faire pression sur les femmes afin qu’elles adhèrent aux objectifs de ces entreprises [...]. On a besoin d’une politique qui permettrait aux jeunes parents de s’épanouir au travail et auprès de leurs enfants, une politique qui harmoniserait la vie de l’entreprise et celle de la famille [...].

Henri L’Helgoualc’h

Merci de ces réflexions. L’objectif de cet article était juste d’éclairer une réalité qu’une nouveauté scientifique rend possible, à partir de laquelle chacun se positionnera selon son opinion et ses valeurs.

Publié dans le n° 317 de la revue


Partager cet article


]