Accueil / Dialogue avec nos lecteurs / Courrier des lecteurs : janvier à mars 2016

Courrier des lecteurs : janvier à mars 2016

Publié en ligne le 21 août 2016 -
SPS n° 316, avril 2016

Nous ne pouvons pas publier tous les courriers reçus, ni les publier dans leur intégralité. Les choix opérés et les coupures faites sont de la seule responsabilité de la rédaction.

La valeur des témoignages

À côté d’études sur les pesticides dont il est difficile de mettre en cause le sérieux, insérer un témoignage [comme dans le dossier « Pesticides » publié dans SPS 315], pour pertinent qu’il soit, me paraît dangereux : c’est attribuer à ce qui n’est en fin de compte qu’une opinion les habits de l’absolue vérité que vous faites l’effort de chercher à démontrer avec les outils de la science […]. D’autre part, l’auteur ne mentionne pas […] les éléments [de sa situation personnelle] qui sont indispensables pour comprendre son propos, et qui font de chaque agriculteur un acteur différent. La question du phytosanitaire a besoin d’être étayée par une réflexion sur la gestion de l’eau, du pétrole, de l’emploi et des subventions, sur la biodiversité et sur la vie microbienne, par exemple. Réflexion qui n’apparaît nulle part dans ce témoignage […].

Anne Désarménien culteur en maraîchage (Eure et Loir)

La réponse de l’auteur (Jean-Jacques Hautefeuille).

Pourquoi faire un numéro spécial sur les phytos si on n’y parle que des risques ? Autant les interdire ! Si l’État autorise des produits et si les agriculteurs les utilisent, c’est qu’ils ont une utilité. Le témoignage d’un agriculteur vivant cette histoire, en y ajoutant une dimension psychologique, n’est-il pas aussi instructif ? Il illustre que le plan Écophyto ne fonctionne pas parce que le plus grand nombre des agriculteurs ne peut pas réduire davantage sa consommation sans prendre de risque pour son entreprise. Les quelques conversions en bio ne changent pas cette donne.

Publié dans le n° 316 de la revue


Partager cet article


]