Accueil / Échos de la liste "pseudo-sciences" / D’un sujet à l’autre

D’un sujet à l’autre

Publié en ligne le 3 septembre 2008 -
par Pierre Blavin

Depuis octobre 2007, les internautes participant à ce groupe de discussion, qui fonctionne sur notre site depuis plusieurs années, ont abordé, effleuré ou approfondi de nombreux thèmes.

Thèmes abordés
Thèmes incontournables en ce moment comme le climat, la biodiversité et, bien sûr, les OGM et les portables. Les humeurs arrivent parfois à s’exprimer de manière à la fois vive et humoristique : « relisez Cervantes et vous aurez un idée de l’état moral de la France d’aujourd’hui ; tel Don Quichotte contre ses moulins à vent, la France lutte contre des fausses menaces et des faux problèmes : les téléphones portables, le wifi, les ogm, le vaccin contre l’hépatite B... que sais-je encore, ah oui j’oubliais : la médicalisation de l’accouchement qui comme chacun sait n’est-pas-une-maladie. », s’exclame « Meuhmeuh ». Le plus souvent, il y a échange d’arguments et de documents ou d’adresses de sites.

Thèmes moins ancrés dans l’actualité immédiate aussi, comme les médicaments génériques, la « médecine anti-âge », la mésothérapie, la graphologie encore utilisée par certaines entreprises pour leur recrutement... Les galons universitaires conquis par Élisabeth Teissier provoquent encore de l’étonnement, occasion de rappeler le solide dossier consacré à cette affaire sur le présent site.

À titre d’exemples, voici l’essentiel de deux discussions, qui ont porté, d’une part, sur les « apparitions » de Marie, d’autre part sur les « coupeurs de feu ».

Les apparitions mariales
Sauriez-vous où on pourrait se procurer de la doc ou un livre sérieux sur les apparitions mariales ?
Merci d’avance. M. K., mai 2008.

Réponse de P. Bi.
Bonjour, votre question se situe à l’intérieur d’un corps de croyances, c’est-à-dire dogmatique, qui remonte au moins à la fin du IVe siècle, avec la querelle des Nestoriens, et a abouti à la croyance selon laquelle « Marie est vraiment Mère de Dieu » (de fide = article de foi).

Après avoir cité et résumé l’article « Vierge Marie », rédigé par Georges Ory pour le Dictionnaire Rationaliste, (Nouvelles éditions rationalistes, Paris, 1981), P. Bi. poursuit ainsi :
Selon certaines analyses récentes, notamment l’ouvrage de Robin Lane Fox : The Unauthorized Version, en ce qui concerne Marie, « le récit de Luc est impossible sur le plan historique (David ayant vécu 1000 ans avant Marie et Joseph) et incohérent sur le plan interne ». Ceci d’après Richard Dawkins : "Pour en finir avec Dieu, Robert Laffont, Paris, 2008), page 102. Dawkins parle aussi de l’« Argument par l’"expérience" personnelle », d’hallucination ou de "rêve lucide", et à propos de la vision de Fatima renvoie au test de la pythie de David Hume (« Aucun témoignage ne suffit pour établir un miracle sauf si le témoignage est de telle sorte que sa fausseté soit encore plus miraculeuse que le fait qu’il essaie d’établir », ibidem, page 100).

Une fois que vous aurez exploré ces pistes raisonnables, peut-être pouvez-vous consulter, par exemple, les écrits de l’abbé Laurentin, mais en sachant qu’il se place dans le cadre d’un credo.

Voilà ce que j’en pense, personnellement.

Coupeurs de feu

S. écrit :
Je n’interviens pas souvent sur la liste, en fait uniquement après chaque voyage chez ma mère. Je plonge à chaque fois en plein moyen Âge.
Nouveau sujet de discussion : les coupeurs de feu.
Récit de ma mère : « j’étais chez le coiffeur, quand un ouvrier est
arrivé, avec la jambe brûlée au chalumeau, il avait du mal à marcher. La
coiffeuse me demande l’autorisation de m’occuper du malade, et après dix minutes dans l’arrière-boutique, voilà notre ouvrier qui en ressort en
marchant, sans douleur. La coiffeuse a un don, qui se transmet de mère à fille le soir de Noël. » Ma mère de rajouter : « L’hôpital de Nice a fait
appel à des coupeurs de feu, et France 2 en a fait un reportage au JT,
pour soulager des grands brûlés. Cela ne guérit pas mais soulage de la
douleur ». [...]
Quelqu’un a t-il quelque chose sur les "coupeurs de feu", je n’ai rien trouvé ?

En réponse, P. T. rapporte une histoire vécue en 1981 et racontée aux participants du groupe de discussion par notre ami Jacques Poustis il y a trois ans environ. On y apprend, entre autres choses, que, lors d’une brûlure au second degré, la douleur est très vive mais ne dure en général pas plus d’une demi-heure : il suffit qu’à l’intérieur de cette demi-heure un coupeur (ou « leveur ») de feu fasse « quelques passes mystérieuses, agrémentées de quelques prières appropriées » pour que la disparition de la douleur soit imputée à son « don » !

Ensuite, sur la liste, un médecin confirme les indications données sur la douleur dans les brûlures au second degré et donne des précisions sur les traitements actuels.

Point commun de ces deux exemples : un internaute est interloqué, cherche comment s’informer sur le fait qui le déconcerte, et reçoit des réponses qui le font avancer dans sa réflexion. Et les autres inscrits peuvent en profiter.

Bon ! je les ai choisis, ces exemples ! Tout ne s’inscrit pas dans ce schéma... Mais vous, qui peut-être n’êtes pas encore sur cette liste, venez donc y partager vos interrogations et vos connaissances !


Partager cet article


]