Accueil / En direct de l’ASP / De l’énergie du soleil à vendre

De l’énergie du soleil à vendre

Publié en ligne le 1er juin 2006 - Écologie
par Stéphane Gagné

Il y a du nouveau dans le paysage énergétique québécois. Depuis février, il est possible de vendre à Hydro-Québec l’électricité produite à domicile. Grâce à un nouveau mode de facturation, le mesurage net, un propriétaire doté d’un système d’énergie renouvelable pourra ainsi écouler ses surplus sur le réseau !

On entend par énergie renouvelable : petite centrale hydraulique, éolienne, panneaux solaires, système géothermique, biogaz ou biomasse forestière.

En échange, ses surplus sont crédités au mois suivant, ce qui réduit d’autant sa facture d’électricité. S’il arrive qu’il injecte dans le réseau davantage d’électricité qu’il n’en consommera pendant le mois, il ne recevra pas un remboursement : ses surplus seront plutôt conservés dans une banque, qui sera mise à zéro après 24 mois.

Cette forme de production, appelée production distribuée, n’est permise qu’à l’adresse de service du client. De plus, ses équipements ne pourront dépasser en puissance la moins élevée des valeurs suivantes : 50 kW ou l’estimation de la puissance de pointe maximale du client. Le client devra également débourser 400$ pour assumer les frais d’inspection de son système d’énergie verte.
À l’heure actuelle, seulement une vingtaine de clients, selon Hydro-Québec, possèdent l’équipement nécessaire pour profiter de ce système de crédit.

En l’autorisant, la Régie de l’énergie n’a fait que permettre aux Québécois de profiter d’une mesure déjà implantée ailleurs. Ainsi, cette facturation est déjà en vigueur dans une quarantaine d’États américain, dans plusieurs provinces canadiennes, en Europe et au Japon. Certains pays comme l’Allemagne et le Japon en profitent même pour encourager le développement de l’énergie solaire en garantissant un prix d’achat élevé aux autoproducteurs.

Ainsi, au Japon, « les particuliers peuvent vendre l’électricité qu’ils produisent à 50 cents le kWh alors qu’ils l’achètent à 25 cents », affirme Yves Poissant, gestionnaire de projet pour le programme photovoltaïque de Ressources Naturelles Canada. « En comparaison, Hydro-Québec a prévu acheter cette électricité au même tarif qu’elle la vend au client, soit 7 cents le kWh ».

La subvention japonaise a fait exploser le marché des maisons solaires photovoltaïques là-bas, selon M. Poissant qui revient d’une mission sur l’habitation où il a visité les principaux manufacturiers japonais de maisons solaires usinées. Entre 1995 et 2003, 168 600 maisons solaires ont été construites là-bas. « En visitant ce qui se fait au Japon, nous souhaitons inciter les manufacturiers de maisons usinées d’ici à développer ce marché », dit M. Poissant.

Pour permettre l’essor du mesurage net au Québec, «  cela prendrait toutefois des subventions pour l’achat de systèmes d’énergie verte, affirme Mme Haury, présidente d’Écosolaire International (une entreprise qui vend et installe des systèmes d’énergie verte). Or, en ce moment, il n’y a rien. » Ce n’est peut-être qu’un début...


Mots-clés : Écologie


Partager cet article