Accueil / Entre l’espoir et le faux-mage / Doit-on lever ou non le voile ?…

Doit-on lever ou non le voile ?…

Publié en ligne le 14 décembre 2010 -
par Jacques Poustis
Depuis décembre 2011, les meilleures textes de cette chronique ont fait l’objet d’une parution exclusive dans un livre de la collection "Une chandelle dans les ténèbres" sous le titre Entre l’espoir et le faux mage aux éditions Book-e-book.

On me demande parfois l’explication d’un tour de magie qui, pour le profane, apparaît comme inexplicable.

Je réponds chaque fois qu’un magicien ne dévoile pas le secret de ses tours, pour plusieurs raisons, dont la principale est des plus respectables : tous les tours, présentés avec plus ou moins d’habileté par les magiciens, ont été achetés dans des magasins de magie. Pour arriver dans ces magasins spécialisés, le tour a été fabriqué à des dizaines, des centaines, voire des milliers d’exemplaires chez un fabricant. Mais avant d’être fabriqué en série, il a d’abord été inventé par un "créateur de tours".

"Créateur de tours de magie" ! C’est un métier de fou ! Seuls de rares cerveaux complexes et hypertrophiés sont capables d’innover en la matière (car bien souvent une « nouveauté » est la énième modification d’un tour déjà préexistant).

lapin-et-magicienDonc on me demande : « Comment ça marche ? ».

Expliquer un tour au public, c’est tuer la magie de scène, car par la suite ce tour, devenu sans mystère, sera peu à peu délaissé. Avec pour dramatique conséquence le risque de voir toute une chaîne de professionnels : artistes magiciens, vendeurs, fabricants... et surtout inventeurs (seuls véritables génies de la bande) contraints d’aller pointer aux ASSEDIC.

Si vous faites partie de ceux qui souhaitent que l’art de la magie de scène continue pour des siècles et des siècles amènes, alors, de grâce, si vous avez la chance de connaître le « truc » (l’acheter reste le moyen le plus honnête de l’apprendre), préservez son mystère. Les prestidigitateurs professionnels honnêtes – soit, évidemment, la quasi-totalité des magiciens professionnels – ne feront jamais croire qu’ils possèdent des dons paranormaux. Ils sont pour la plupart d’excellents comédiens pratiquant l’art de l’illusion et rien d’autre. Et ne s’en cachent pas.

Pourtant ! Toute honte bue, je vais ICI et MAINTENANT vous donner (dans le métier on dit « débiner un tour ») gratuitement l’occasion d’avoir ENFIN l’explication d’un des plus fascinants tours de magie de tous les temps : celui de la FEMME COUPEE EN DEUX !

Ensuite j’irai me cacher dans l’une des forêts profondes des steppes arctiques, au milieu des elfes et des âmes errantes, banni du monde des vivants et condamné à déambuler au milieu de marécages hostiles et nauséabonds, propulsé dans leurs miasmes éternels et putrides à coups de pieds occultes bien mérités.

Si vous souhaitez garder la petite part de rêve qui qui procure de si charmants frissons à nos existences, tout en m’évitant le destin funeste d’un purgatoire dont la seule idée me glace les veines, restez-en là.

Si vous faites le choix contraire, même si, comme moi, vous n’êtes pas anglophones, allez sur le site Gamaniak.

Tant pis pour moi. Je n’aurai dans le fond que ce que je mérite.

Quoique… Je suis totalement étranger à ce clip dont le lien est passé dans le domaine public. À l’évidence, ce n’est pas vraiment moi qui lève le voile… Hé ! Hé ! La rédemption par un tour de passe-passe sera donc possible !

Je contacte dès à présent mes anges avocats. Si ça marche, je débinerai, avant que WikiLeaks s’en charge, le « truc magique » qui m’aura arraché des griffes de la justice…

4 décembre 2010

Partager cet article