Accueil / Regards sur la science / Du lait moins allergène

Du lait moins allergène

Publié en ligne le 7 juin 2013 -
par Louis-Marie Houdebine - SPS n°303, janvier 2013

Le lait fait partie des aliments contenant des substances allergènes. Plusieurs protéines du lait de vache déclenchent des réactions allergiques chez bon nombre de consommateurs. L’allergène le plus puissant est une protéine, la bêtalactoglobuline (BLG) qui est présente en abondance essentiellement dans le lait de ruminants et elle est absente du lait de femme.

Plusieurs outils performants sont maintenant disponibles pour inhiber l’expression d’un gène.

La plus radicale, mais pas la plus simple, est de muter spécifiquement le gène. Une autre méthode repose sur l’utilisation d’ARN interférents (ARNi). Il s’agit de très petits ARN ayant une séquence complémentaire de celle d’ARN messager 1. Ces petits ARN associés spontanément à plusieurs protéines cellulaires reconnaissent un ARN messager donné ce qui conduit soit à sa destruction, soit à l’inhibition de sa traduction. La protéine correspondante n’est ainsi plus synthétisée. Des gènes synthétiques codant pour des ARNi reconnaissant l’ARN messager de la BLG ont été introduits dans le génome d’embryons de vaches. Le lait de ces animaux ne contient plus l’allergène BLG. De manière inattendue, le lait de ces animaux contient de plus grandes quantités des autres protéines du lait. Ce lait n’a donc pas perdu de sa valeur nutritive, au contraire.

Les chercheurs néozélandais qui ont obtenu ces animaux doivent maintenant faire face à un refus possible mais paradoxal des consommateurs [1]. La fonction spécifique de cette protéine, si elle en a une en plus d’être une source d’acides aminés pour les consommateurs, est inconnue. Son absence chez les vaches permettra peut-être d’identifier cette fonction.

[1]. Anower, J., S. Wagner, J. McCracken, D. N. Wells, and G. Laible. 2012. Targeted microRNA expression in dairy cattle directs production of É-lactoglobulin-free, highcasein milk. PNAS. Published online October 1, 2012. doi :10.1073/pnas.1210057109 http://intl.pnas.org/content/early/...

1 ARNm : copie transitoire d’une portion de l’ADN correspondant à un ou plusieursgènes. L’ARNm est utilisé comme intermédiaire par les cellules pour la synthèse des protéines. Le concept d’ARN messager a été émis puis démontré par Jacques Monod, François Jacob et leurs collaborateurs en 1960. Source : Wikipédia.

Publié dans le n° 303 de la revue


Partager cet article