Accueil / Communiqués / L’Afis condamne les menaces dont est victime Olivier Bernard, alias « Le Pharmachien »

L’Afis condamne les menaces dont est victime Olivier Bernard, alias « Le Pharmachien »

Publié en ligne le 16 mars 2019 -
Communiqué de l’Afis - Paris, le 15 mars 2019

L’Association française pour l’information scientifique (Afis) condamne les menaces dont fait l’objet le blogueur et vulgarisateur scientifique Olivier Bernard, alias « Le Pharmachien ». Il est attaqué suite à ses prises de position sur le peu d’efficacité des traitements alternatifs à base de vitamine C injectable pour lutter contre le cancer.

Pharmacien exerçant au Québec, Olivier Bernard est surtout connu à travers ses bandes dessinées, son blog et ses ouvrages. Ses objectifs sont de « rendre la science vivante, accessible et intéressante » et de « mettre fin aux mythes scientifiques et médicaux, de façon diplomatique ou non ». Nous avions rendu compte d’un de ses livres, Différencier le vrai du n’importe quoi en santé ! [1] et avions reproduit, avec son aimable autorisation, une de ses bandes dessinées consacrée à la vaccination [2].

L’Afis assure Olivier Bernard de sa plus grande solidarité et dénonce d’une façon générale les méthodes de plus en plus fréquentes de certains militants (insultes, menaces, intimidations pouvant aller jusqu’à viser les proches, la famille ou les employeurs) pour limiter, voire interdire, la parole scientifique.

Nous reproduisons ici l’intégralité de la lettre d’Olivier Bernard, mise en ligne sur sa page Facebook [3].

Association française pour l’information scientifique - Afis


Contact : communication@afis.org, Tel : 07 82 62 69 82

- Site du Pharmachien
- 1 | Olivier Bernard, Le Pharmachien - Différencier le vrai du n’importe quoi en santé !, Kennes Éditions, 2015. Note de lecture de Philippe le Vigouroux - SPS n°315, janvier 2016 sur afis.org
- 2 | Le Pharmachien. « Le regain des campagnes antivaccination », SPS n°319, janvier 2017 sur afis.org
- 3 | Page Facebook « Le Pharmachien » message du 4 mars 2019.

La lettre du Pharmachien (3)

Je reçois présentement une série de menaces, d’attaques et de tentatives d’intimidation que je ne peux ignorer.

Les personnes impliquées : des gens qui soutiennent la cause de la vitamine C injectable pour le cancer au Québec.

Mon crime : avoir écrit un article (http://lepharmachien.com/injections-vitamine-c) qui fait état des connaissances scientifiques actuelles au sujet de la vitamine C injectable, et avoir émis certains doutes quant à une démarche politique de la Coalition Avenir Québec (Youri Chassin - Député de Saint-Jérôme) en ce sens.

Plus spécifiquement, ces personnes :

- Se sont fixé pour objectif de me « régler [mon] cas » et de me « faire perdre [mon] émission ».
- Écrivent à mon diffuseur, Radio-Canada, et au Fonds Telus, qui finance ma série télé. J’ai dû m’expliquer avec eux à ce sujet samedi d’ailleurs.
- Ont publié l’adresse d’un de mes lieux de travail (ce qu’on appelle du « doxxing », i.e. publier en ligne les coordonnées d’une personne virtuelle).
- Incitent les gens à porter plainte « massivement » à mon Ordre professionnel.
- Suggèrent de boycotter les livres de ma conjointe (les qualifiant d’ailleurs de « torchons ») et lui écrivent à cet effet, alors qu’elle n’a absolument rien à voir là-dedans.

Sachez que je prends ces menaces professionnelles et personnelles très au sérieux.

Et ces stratégies d’intimidation, je les connais bien : ce sont les mêmes qui ont été bien documentées comme les armes de prédilection du mouvement anti-vaccins aux États-Unis, soit 1) décrédibiliser les opposants auprès de leurs employeurs ; 2) révéler leur adresse (« doxxing ») et 3) s’en prendre à leur famille et à leurs proches. Le but : faire peur, faire taire.

Je comprends que mon implication dans le dossier de la vitamine C ne plaît pas à tout le monde. Mais on devrait être capables d’être en désaccord sans que ça génère ce type de comportements inquiétants. Ce n’est PAS normal.

Pour ceux et celles qui prétendent que je « m’acharne » ou que « j’harcèle » qui que ce soit, sachez que je ne commente pratiquement jamais ce dossier ailleurs que sous mon article à ce sujet, où tous mes propos sont colligés sous forme de mises à jour bien documentées et de commentaires. Bref, tout ce que je dis est public et facilement accessible, donc vous pouvez facilement constater par vous-mêmes ce qu’il en est.

La seule conversation que j’ai eue en privé en est une avec l’initiatrice de la pétition en 2018. Par souci de transparence, vu les circonstances exceptionnelles, vous retrouverez cette conversation dès maintenant en intégralité sur mon site web, dans la dernière mise à jour de l’article sur la vitamine C injectable. Je vous laisse juger des attitudes et intentions de chacun à partir de cette dernière.

Hier soir, j’ai senti que j’avais atteint la limite de ce que je suis capable de prendre psychologiquement dans cette affaire. Donc si vous jugez, comme moi, que le lobbying politique actuel quant au dossier de la vitamine C injectable mérite une attention plus soutenue de la communauté scientifique et médicale, je vous invite à vous faire entendre. Car moi, j’ai besoin d’une pause quant à ce dossier.

Oui, ils/elles ont gagné en ce sens.

P.S. Je vous épargne évidemment les pages et les pages d’insultes, où on me souhaite entre autres d’avoir un cancer, où on rit de mes problèmes de fertilité avec ma conjointe, où on me dit que j’ai besoin de « la p’tite pilule bleue », où on me dit que je suis « s’ul bord de mourir », etc.

P.P.S. Aux personnes concernées, les commentaires disparaissent rapidement, mais des gentil/les lecteurs/trices m’ont envoyé toutes les captures d’écran. Sachez que je les garde au cas où je dois prendre les mesures légales nécessaires pour que ça cesse.

P.P.P.S. On me demande souvent pourquoi il n’y a pas plus de scientifiques qui s’impliquent en communication et en vulgarisation auprès du grand public. Voilà pourquoi.


Partager cet article