Accueil / Notes de lecture / L’ÉCOLE DU CERVEAU De Montessori, Freinet et Piaget aux sciences cognitives

L’ÉCOLE DU CERVEAU De Montessori, Freinet et Piaget aux sciences cognitives

Publié en ligne le 12 mars 2019
Jacques Van Rillaer - SPS n°326 - octobre / décembre 2018

L’ÉCOLE DU CERVEAU
De Montessori, Freinet et Piaget aux sciences cognitives

Olivier Houdé

Éditions Mardaga, 2018, 204 pages, 21,90 €


L'ÉCOLE DU CERVEAU De Montessori, Freinet et Piaget aux sciences cognitivesLa « neuropédagogie » ou « neuroéducation » est l’étude, par des techniques d’imagerie cérébrale, d’effets d’interventions pédagogiques. Elle a l’ambition d’élaborer une evidencebased education et de guider efficacement des pratiques pédagogiques.

Les premières études ont été réalisées à partir de 2000. Olivier Houdé est précisément un pionnier en la matière. Il a été instituteur avant de devenir professeur de psychologie à l’université Paris-Descartes, où il dirige le Laboratoire de psychologie du développement et de l’éducation de l’enfant (LaPsyDÉ). S’il n’a pas une attitude triomphaliste ou scientiste, il dénonce volontiers les « neuromythes » qui ont cours depuis la vogue des études par imagerie cérébrale (écouter de la musique classique rend plus intelligent ; faire des mots croisés ou des sudokus développe le cerveau, un organe comparable à un muscle). Il souligne que l’étude des réseaux neuronaux qui sous-tendent les fonctions cognitives ne fait souvent que confirmer ce que d’éminents pédagogues et psychologues avaient constaté. La première partie de son ouvrage est d’ailleurs consacrée à présenter une série d’idées particulièrement fécondes de grands pédagogues, notamment Jean Itard (1774-1838), fondateur de l’éducation spécialisée, Maria Montessori (1870-1952), pionnière de l’ « Éducation nouvelle », Célestin Freinet (1896-1966), le « maître insurgé », Jean Piaget (1896-1980), précurseur des sciences cognitives, Burrhus Frederic Skinner (1904-1990), trop souvent décrié sous prétexte d’ignorer la vie intérieure, et quelques autres.

La seconde partie de l’ouvrage porte sur des pratiques pédagogiques qui se sont avérées efficaces et qui se trouvent à présent confortées par des résultats de l’imagerie cérébrale. Parmi les thèmes abordés, citons la meilleure méthode pour apprendre à lire (la méthode syllabique qui enseigne les relations entre les lettres et les sons), l’importance d’engager les enfants dans des tâches de difficulté optimale, les étapes qui facilitent l’apprentissage d’une attention soutenue, les règles d’une mémorisation efficace. Une place particulièrement importante est accordée au développement de la capacité de s’affranchir des modes de pensée automatisés très souvent utiles, mais parfois contre-productives. Ainsi l’enfant est invité à apprendre à décomposer des tâches en étapes, à se répéter des instructions mentalement, à prendre conscience des distractions auxquelles il se devrait de résister, etc. O. Houdé a mené des recherches innovantes sur le développement de cette compétence chez l’enfant.

L’ouvrage s’adresse principalement aux enseignants et futurs enseignants du primaire et du secondaire. Les parents de jeunes enfants pourront aussi y trouver un intérêt.


Partager cet article