Accueil / Notes de lecture / L’Intelligence et le calcul - De Gödel aux ordinateurs quantiques

L’Intelligence et le calcul - De Gödel aux ordinateurs quantiques

Publié en ligne le 15 juillet 2004
Note de lecture de Jean-Paul Krivine - SPS n° 252, mai 2002

Tout comme on le dirait d’un bon romancier dont on guette avec impatience la sortie du dernier ouvrage, promesse de quelques soirées de plaisir, nous pouvons dire « voici donc le dernier Delahaye ». Après son Fascinant nombre PI, Les Merveilleux nombres premiers, Jeux mathématiques et mathématiques des jeux et Logique, informatique et paradoxes (tous aux Éditions Belin), L’intelligence et le calcul se dévore comme les précédents : avec plaisir et vertige. Pourquoi avoir recours aux prétendus mystères des fausses sciences, mystères bien fades en réalité, quand ceux de la science sont si passionnants... et si déroutants. Voyage au pays du hasard, de l’information, des ordinateurs quantiques, des vérités et des démonstrations mathématiques, détour par l’intelligence humaine et par celle des ordinateurs. Et aussi, petit saut dans la science fiction avec la téléportation : « La science n’est pas une timide demoiselle qui s’interdit toute spéculation, mais au contraire un ensemble d’outils permettant de poser toutes les questions, y compris celles qu’aujourd’hui nous n’arriverons pas à régler : une spéculation raisonnée ne produit pas nécessairement la vérité, mais a plus de chances de s’en approcher qu’un délire incontrôlé que rien ne modère ». Fort de cette conception, Jean-Paul Delahaye examine la possibilité et la réalité de la téléportation, à la frontière de la science et de la science fiction, mais en restant toujours dans le domaine de ce que la science peut aujourd’hui affirmer, ou exclure... Lisez, vous en serez tout téléporté...

« Mathématiques et philosophie » est un autre chapitre tout autant surprenant. On y trouvera, par exemple, la référence à un bien curieux théorème qui dit en gros, que « si un résultat est potentiellement utile, alors il n’est pas possible qu’il possède une preuve complexe ». Bien entendu, « utilité », « preuve » et « complexité » sont des concepts très précisément définis et ne sont pas à prendre au sens courant. Il n’est pas précisé si ce théorème a une preuve elle-même complexe...

On retrouve, avec ce livre, le style très agréable de la rubrique « Logique et calcul » que Jean-Paul Delahaye tient dans la revue Pour la science. Chaque chapitre se lit indépendamment (mais il est préférable de tout lire en partant du début). Pas de développements techniques, pas de formules abstraites. Pour autant, quelques bases en logique mathématique sont utiles pour profiter pleinement de la lecture.


Mots clé associés à cet article

Cet article appartient au sujet :

Autres mots clés associés : Mathématiques - Philosophie - Science

Publié dans le n° 252 de la revue


Partager cet article