Accueil / Notes de lecture / La Terre ne tourne pas rond - Une histoire de formes et de mouvements

La Terre ne tourne pas rond - Une histoire de formes et de mouvements

Publié en ligne le 4 février 2015
Note de lecture d’Arkan Simaan - SPS n° 311, janvier 2015

Dans une édition soignée et très bien illustrée, Xavier Campi, directeur de recherche honoraire au CNRS et ancien chercheur en physique théorique, vient de publier La Terre ne tourne pas rond. Ce titre laisse penser que ce livre va se contenter de décrire les irrégularités du mouvement de notre planète. Si tel avait été son but, son travail n’aurait aucun intérêt : ce sujet a déjà été abondamment traité dans d’autres ouvrages. Mais l’auteur a une toute autre ambition : exposer dans un langage accessible aux curieux les relations dynamiques entre la forme de la Terre et ses divers mouvements. Voilà donc la raison de ce sous-titre : Une histoire de formes et de mouvements. Xavier Campi considère à juste titre ces deux histoires inséparables, imbriquées l’une dans l’autre. Tout naturellement, il rappelle brièvement – en effet, ce livre n’est pas un précis d’histoire, mais un ouvrage de science – que la presque totalité des érudits pensaient que le ciel et les astres tournaient autour de nous, et ce jusqu’au XVIIe siècle, date à laquelle l’héliocentrisme s’imposa. Curieusement, le consensus des savants sur la forme de la Terre va prendre beaucoup plus de temps. Pourtant, depuis l’Antiquité grecque, Aristote avait déjà constaté sa rotondité et Ératosthène avait estimé la circonférence de la Terre, puis, au XVIe siècle, Magellan avait apporté par la circumnavigation la preuve définitive de sa sphéricité. Mais à la fin du XVIIe siècle, Newton va bouleverser ces certitudes en établissant dans les Principia que la Terre est légèrement aplatie aux pôles, fait que les savants vont démontrer au siècle suivant par des mesures, tout en calculant son « bourrelet équatorial ».

Ce livre se signale par la place accordée à ce « bourrelet équatorial », qu’il met en relation avec la précession des équinoxes, avec la régularité de la rotation de notre planète, avec la stabilité de l’axe de la Terre, du climat, etc. Cet ouvrage qui n’adopte pas une progression chronologique se divise en chapitres thématiques, où l’étude des instruments employés est détaillée et parfois érudite. Pour faciliter son utilisation, il contient un glossaire qui rappelle la définition des mots utilisés et un index permettant de localiser les noms propres et les notions.

Constellé de figures explicatives claires, La Terre ne tourne pas rond ne comporte presque pas d’équations mathématiques. Cependant, en raison de son langage scientifique et de la précision de son vocabulaire, il convient surtout à des lecteurs avertis. Ces derniers peuvent en outre approfondir leurs connaissances grâce à des annexes très bien faites.

Publié dans le n° 311 de la revue


Partager cet article