Accueil / Notes de lecture / La physique buissonnière

La physique buissonnière

Publié en ligne le 7 novembre 2012
Note de lecture de Martin Brunschwig - SPS n°300, avril 2012

Cet ouvrage de Jean-Michel Courty et Édouard Kierlik, tous deux professeurs à l’Université Pierre et Marie Curie et responsables de la rubrique « Idées de physique » dans la revue Pour la Science 1 se présente un peu comme la version « sérieuse » des petits livres à la mode qui ont paru en nombre ces dernières années, comme Pourquoi les manchots n’ont pas froid aux pieds, Mais qui mange les guêpes, et autres Pourquoi les marmottes ne fêtent pas le nouvel an ? 2. Il offre des chroniques, courtes, variées, sur des thèmes parfois un peu frivoles (pourquoi nos doigts « craquent-ils » ? Pourquoi les bulles d’air remontent-elles à la surface en zigzaguant ? Ou des sujets sur le pop-corn, la pétanque, etc.) mais les analyses et les réponses sont nettement plus scientifiques et fouillées ! Schémas et illustrations accompagnent les explications et permettent souvent une compréhension bien claire des phénomènes. Les auteurs ont regroupé les chroniques en six grands chapitres qui se déclinent autour de thématiques comme les ondes, la température, la résistance des matériaux, la musique, le sport, etc.

La plupart du temps, le propos est d’expliciter scientifiquement certains phénomènes de la vie quotidienne, mais on tombe aussi sur des révélations vraiment instructives, comme ce « scoop » : non, le pont de Tacoma ne s’est pas écroulé en raison d’un phénomène de résonance (p. 32).

D’autres chapitres ouvrent de spectaculaires perspectives, comme celui où l’on explique que la rosée pourrait être « récupérée » par de grands filets dans les pays très secs ; on apprend aussi, au fil des pages, ce que mesure une centipoise, ce qu’est l’effet Mpemba, que le son pourrait jouer un rôle dans nos réfrigérateurs (!) et encore mille autres petits détails comme cet angle de 39°, dont on apprend qu’il est commun à tous les sillages, des canards comme des bateaux !

Bref, cette physique « buissonnière » est bien comme l’école du même nom : on y apprend une foule de choses, même si on n’est pas tout à fait sur les bancs prévus à cet effet...

1 Ils ont d’ailleurs reçu, pour ces chroniques, le Prix Jean Perrin de popularisation de la science de la Société française de physique.

2 Pourquoi les manchots n’ont pas froid aux pieds ? Et 111 autres questions stupides et passionnantes, Seuil (2007) ; Mais qui mange les guêpes ? Et 100 autres questions idiotes et passionnantes, Seuil (2006) ; Pourquoi les marmottes ne fêtent pas le nouvel an ? Et autres questions amusantes de science à Noël. Ellipse (2009).

Publié dans le n° 300 de la revue


Partager cet article