Accueil / Regards sur la science / La science, c’est du bricolage

La science telle qu’elle se fait

La science, c’est du bricolage

Publié en ligne le 20 octobre 2011 -
par Philippe Boulanger - SPS n° 295, avril 2011

Je n’ai pas de statistiques, donc pas d’idées préconçues, mais il apparaît qu’augmentent le nombre de gestionnaires de la science et la longueur du temps passé par les scientifiques à justifier de leur travail. Notoire perte de temps : en dépit de la complexité des formules employées, les évaluations du travail scientifique ne sont guère scientifiques.

Peut-être faudrait-il donner l’argent à des entités, à des universités ou des instituts et laisser les membres de l’institution se débrouiller pour se le partager. On peut être certain qu’il y aura des injustices, mais moins de temps passé à remplir des formulaires : au total, laisser les lions se déchirer entre eux a donné de bons résultats par le passé.

Car la science, c’est du bricolage dont l’alchimie est inconnue. Nul ne sait comment vient l’inspiration d’un théorème de mathématiques, ni comment on peut systématiquement découvrir de nouveaux médicaments.

Il faut être bien ignorant de la chose scientifique pour penser que l’on peut l’organiser, la planifier et l’orchestrer pour qu’elle soit efficace. Cette ignorance et cette forfanterie semblent être l’apanage douteux des politiques qui nous gouvernent dans le court terme.

Publié dans le n° 295 de la revue


Partager cet article