Accueil / Notes de lecture / Le ciel à l’œil nu - Mois par mois, les plus beaux spectacles en 2009

Le ciel à l’œil nu - Mois par mois, les plus beaux spectacles en 2009

Publié en ligne le 22 janvier 2009
Note de lecture d’Agnès Lenoire

Le Ciel à l’œil nu en 2009 a reçu le label officiel du comité français de l’Année mondiale de l’Astronomie 2009.

Janvier est le traditionnel mois des résolutions. Avez-vous pensé au ciel ? Non, je ne parle pas de vous lancer dans des études d’astrophysique, mais de lever les yeux de temps en temps sur quelques joyaux. Le Guide du ciel à l’œil nu peut être alors un partenaire de choix, qui guidera vos pas toute l’année, sans vous encombrer de notions compliquées, et sans instruments sophistiqué. Pour beaucoup de phénomènes célestes, une bonne paire de jumelles de randonnée suffisent. Et l’œil nu permet aussi de belles ballades : il y a cinq planètes accessibles, notre satellite, des nébuleuses, une galaxie, visibles avec vos seuls yeux.

En cette période hivernale où les basses températures favorisent la pureté du ciel, vous n’avez sans doute pas manqué d’admirer la brillante Vénus qui illumine l’ouest. Profitez-en, car après le 18 mars, elle sera du matin ! Pour les Parisiens, le lundi 12 janvier 2009, la Pleine Lune s’est couchée au sein de l’Arc de triomphe, très exactement. Ce sera le tour du Soleil d’y prendre place le 10 mai 2009 vers 21h.

En attendant, du jeudi 26 au samedi 28 février, elle recevra la visite d’un fin croissant de Lune, vous offrant un spectacle d’un grand raffinement : le 27, la virgule de la Lune se présentera comme une délicate coupe ouverte s’apprêtant à recevoir la brillante Vénus. Le 10 mars, à l’est, c’est la Pleine Lune qui vous indiquera la position de Saturne, une heure après le coucher du Soleil, sur sa gauche.

Le guide vous indique aussi, sur une carte simplifiée, le nom des premières étoiles qui s’allument dans le ciel vespéral ; il est alors plus facile de s’y repérer avant que le noir de la nuit profonde et sa profusion de luminaires rendent la voûte céleste trop confuse pour le non-initié.

Parallèlement à l’observation, vous pourrez aussi vous documenter sur l’histoire de l’astronomie, sur quelques notions clés de la mécanique céleste, de la notion de grandeur en astronomie (perception des tailles, des distances) et sur les dernières découvertes astronautiques.

Un très beau livre, peu encombrant, qu’on retrouve avec plaisir chaque année, et qui réussit le pari d’être complet et accessible à tous les curieux, même néophytes.

Voir le blog d’Agnès Lenoire Doutes à gogo


Mis à jour le 16 février 2009


Partager cet article