Accueil / Dans les médias / Le principe de précaution, pour le meilleur ou pour le pire

Le principe de précaution, pour le meilleur ou pour le pire

Publié en ligne le 3 juin 2004 -

Les Académies des sciences et de médecine craignent que l’inscription de ce texte dans la Constitution n’ait "des conséquences désastreuses". Un appel signé par 400 chercheurs estime cependant qu’il "n’est pas un frein mais un stimulant pour le développement des recherches"

à lire sur le site du MONDE


Partager cet article