Accueil / Sornettes sur Internet / Les « dispositifs protecteurs »

Les « dispositifs protecteurs »

Publié en ligne le 10 juillet 2009 - Désinformation - Ondes
par Jean Günther - SPS n° 285, avril 2009

Les peurs irraisonnées et manipulées des ondes électromagnétiques ont conduit d’habiles commerçants à vendre des dispositifs supposés protecteurs.

Les contre-oscillateurs

Après nous avoir longuement décrit les supposés méfaits des ondes émises, nous dit-on, par « les téléphones cellulaires, écrans d’ordinateurs et de télévision », on nous propose 1 un dispositif de protection, appelé CMO. Il semble s’agir d’un oscillateur, sans piles, dont « le signal ultra faible […] s’oppose aux rayonnements polluants et se superpose au rayonnement de l’appareil à protéger dont le champ électromagnétique devient porteur du signal de compensation (signal bio-protecteur) ». Aucun principe physique plus clair n’est donné. Il en existe plusieurs versions selon la source dont on veut se protéger. Des témoignages d’usagers enthousiastes sont fournis. Les prix varient de 39 à 139 euros.

Le système TELOPROTECT 2, limité aux téléphones portables, se colle sur l’appareil. On nous explique que « dès que votre téléphone portable émet ses ondes électromagnétiques pulsées, le système engendre instantanément une résonance à contre-phase qui en élimine la nocivité biologique à l’égard de toutes les cellules ». Il ne coûte que 39 euros. Dans le même esprit, on trouve un « patch déphaseur d’ondes » 3.

Un cactus

À l’opposé de la technologie douteuse du paragraphe précédent, voici 4 un moyen naturel : « Le cactus cereus peruvianus d’Amérique centrale du sud [sic] a la particularité d’absorber les ondes électromagnétiques. Il suffit de placer ce cactus près de nos ordinateurs ou de tout autre appareil produisant des ondes électromagnétiques afin qu’il nous protège. »

Une émission du service public que devrait être France 3 régional n’hésite pas 5 à faire la promotion dudit cactus et aussi du CMO vu plus haut.

La bio-musique

Si l’on n’aime pas les cactus, le site qui les propose, très éclectique, nous suggère la biomusique : « La Bio Music utilise cette propriété de l’eau pour participer à l’amélioration de notre bien-être. En effet, lorsqu’un CD Bio Music joue, les fréquences des CUOS, qui se répandent par l’eau dans l’air et dans le corps, envoient une information positive revitalisante qui permet de maintenir l’eau dans un état d’équilibre harmonieux, contribuant ainsi à ‘neutraliser’les effets néfastes de certaines fréquences et permettant d’aider à retrouver et à maintenir un état de bien-être naturel. »

La cage de Faraday

La cage de Faraday de Xavier Samson telle que mise en avant par le site de Nextup, organisation non gouvernementale (ONG) « concourant à la défense de l’environnement naturel, contre les irradiations des champs électromagnétiques ».

La cage de Faraday est une enceinte en matériaux conducteurs, dans laquelle les ondes ne peuvent pénétrer. Contrairement aux offres ci-dessus, la base physique est indéniable. Mais il n’est pas pratique de vivre dans une telle cage, qui ne semble pas offerte commercialement. Certains proposent des constructions artisanales 6. Pour preuve de leur efficacité, on nous précise que le téléphone portable mis dans cette cage perd trois barrettes sur son indicateur de niveau du signal ; c’est conforme aux lois de la physique mais ne prouve rien sur l’effet sanitaire !

Par ailleurs 7 on vend un étui faisant cage de Faraday pour mettre autour des téléphones portables, en oubliant apparemment que si c’était efficace l’appareil serait inutilisable !

On nous apprend toutefois 8 que « le problème posé par une cage de Faraday est que celle-ci arrêtera aussi le champ électrique (V/m) naturel (150 V/m à la verticale du sol), qui est bénéfique ». Qui le savait ? Qui l’a démontré ?

Protections diverses

À défaut de vivre dans une vraie cage de Faraday, on trouvera sur le marché des vêtements annoncés comme arrêtant les ondes 9. Même la rubrique « sciences » d’un grand quotidien 10 nous les recommande. C’est même breveté 11 (rappelons qu’un brevet ne porte que sur la nouveauté de l’invention, pas sur son efficacité).

« Cette casquette est l’outil le plus efficace pour vous protéger, vous et vos enfants des micro-ondes ».

Voici un exemple de « justification » de ce genre de produit (il s’agit d’un slip de grossesse) 12 : « C’est donc la protection idéale très efficace contre les rayons électromagnétiques de notre environnement à hauteur de 90 %, grâce à la nouvelle technologie textile “Wave Protect”. Le tissu comprend des fils en argent qui protègent contre les ondes de haute fréquence. Imaginez un miroir, les ondes électromagnétiques sont reflétées de la même manière ».

Un site très éclectique 13 nous propose des peintures, des films à coller sur les vitrages, des casquettes (pour homme et pour femme), du papier peint, un baldaquin, le tout supposé arrêter ces ondes prétendument nocives.

Une crème protectrice

Un grand parfumeur s’est saisi du problème et nous vend une crème supposée protéger contre l’effet des ondes sur la peau (voir encadré).

Un brumisateur « pour se protéger des ondes électromagnétiques »

Avérées ou non, peu importe, les craintes et les peurs représentent un marché porteur. La firme de cosmétique Clarins l’a bien compris en commercialisant en 2007 Expertise 3P Brume Écran, un brumisateur promettant d’être « belle dans son époque, bien dans son environnement ». Le fabriquant invite ainsi à « un nouveau réflexe santé beauté sous la forme d’une brume aérienne qui se vaporise sur le visage, le cou et le décolleté, sur les soins habituels. Elle dépose sur la peau un écran invisible et hautement protecteur et préserve la jeunesse et l’éclat du visage » 14. Le danger contre lequel il faudrait se prémunir n’est autre que « les ondes électromagnétiques et les pollutions urbaines ». La recherche Clarins aurait démontré 15 le lien entre l’accélération du vieillissement de la peau et l’exposition aux ondes électromagnétiques générées par les divers équipements domestiques pour la transmission des communications.

Pour le CRIIREM, association visant à « constituer un contre-pouvoir citoyen, indépendant des intérêts industriels et commerciaux », et qui relaie l’information sur son site : « l’action du produit E3P serait double, biologique et physique. Les extraits de thé blanc, de lampsane et de glycofilm (Complexe Anti Pollution), de rhodiola rodea et de thermus thermophilus (Complexe Magnetic Defense) augmenteraient l’énergie cellulaire et renforceraient “l’effet barrière” qui sert de protection biologique à la peau » 16. Le même CRIIREM reprend la question mise en avant par le fabriquant : « Pensez-vous que les ondes électromagnétiques puissent traverser les murs sans traverser votre peau ? ». Oui, c’est vrai… Comment serait-ce possible ? Argument « de bon sens » en apparence ! De ceux qui, en tout cas, permettent de faire vendre. C’est 40 € pour 100 ml nous indique « en toute indépendance » le CRIIREM.

Les autorités de vérification de la publicité sont plus regardantes. Ainsi, outre-Manche, l’ASA (Advertising Standards Authority) a rendu public en août 2007 les résultats de sa propre enquête 17 sur une possible publicité mensongère. Concernant l’impact de l’usage des téléphones mobiles sur le vieillissement de la peau et la protection qu’apporterait le brumisateur, l’ASA relève la fragilité méthodologique des études, l’extrapolation abusive de tests in vitro à une situation réelle in vivo, pour conclure à l’absence de faits permettant de soutenir les allégations du fabriquant. L’ASA a ainsi demandé que soit retirées les affirmations portant sur la nocivité des ondes électromagnétiques générées par les appareils modernes de communication pour la peau et son vieillissement, ainsi que les allégations protectrices en la matière de Expertise 3P, du moins tant que n’auront pas été produites les preuves scientifiques à l’appui. Enfin, l’ASA a demandé à Clarins d’éviter de faire appel de façon non fondée aux peurs des dommages que pourraient provoquer les champs électromagnétiques artificiels.

Jean-Paul Krivine

On ne pense pas à tout !

On peut lire 18 : « Si vous portez des boucles d’oreilles en métal ou des lunettes avec une monture métallique vous allez augmenter de 25 % la radiation vers le cerveau lors de l’utilisation du téléphone portable contre votre oreille ».

D’autres délires

Un livre publié en librairie 19 affirme que l’on « démontre la nocivité des failles, des rivières souterraines et du réseau Hartman (ondes telluriques) ainsi que l’influence sur notre santé des agressions électromagnétiques auxquelles nous sommes soumis perpétuellement par le fait même de la vie moderne et leurs conséquences sur l’être humain ».

Un site déjà référencé plus haut 20 nous parle d’un appareil d’origine russe luttant contre les effets des ondes grâce à des « informations “imprimées” dans l’eau par modification de ses structures micellaires, ce qui se traduit par un abaissement de la viscosité et donc par une plus faible tension superficielle de l’eau. Celle-ci est en fait une solution d’eau dans de l’eau, car sa phase liquide est un état intermédiaire entre le cristal (glace) et le gaz (vapeur) ».

Tout cela ne renvoie, bien entendu, à aucun effet physique avéré.


Mots-clés : Désinformation - Ondes

Publié dans le n° 285 de la revue


Partager cet article