Accueil / Notes de lecture / Les pyramides de Bosnie - Faut-il réécrire l’histoire des civilisations ?

Les pyramides de Bosnie - Faut-il réécrire l’histoire des civilisations ?

Publié en ligne le 9 mai 2014
Note de lecture de Philippe Le Vigouroux - SPS n° 308, avril 2014

« La plus haute, la plus ancienne pyramide de la planète se trouve en Europe, au cœur des Balkans, près de la petite ville de Visoko en Bosnie-Herzégovine ». En fait, dans cette région, ce sont plusieurs pyramides, associées à un réseau de tunnels et de chambres souterraines, que prétend fouiller un homme d’affaires américano-bosnien, Semir Osmanagich, dans le cadre de sa fondation Pyramide du Soleil de Bosnie. Ces traces archéologiques témoigneraient d’une très ancienne civilisation, d’une grande maîtrise technique, et dégageraient des vibrations, des énergies guérisseuses, des ions négatifs… Bien entendu, l’absence de publications académiques sur ce site montre la frilosité et la sclérose intellectuelle des archéologues, alors qu’émerge une nouvelle histoire des civilisations.

Tel est le sujet démythifié par Irna – dont on pourra regretter l’anonymat –, présentée comme géomorphologue de formation, agrégée de géographie et blogueuse qui traite de mythes et pseudo-sciences archéologiques.

Avec une démarche rigoureuse, Irna reprend les différentes affirmations de Semir Osmanagich et propose, pour les diverses observations et découvertes réalisées lors des fouilles, les interprétations parcimonieuses qui s’inscrivent parfaitement dans le cadre des connaissances déjà validées, tant dans le domaine de la nature géologique des terrains que de l’histoire et la préhistoire des peuples qui occupèrent la région.

Ce nouveau volume de la collection Une chandelle dans les ténèbres intéressera, en particulier, les nostalgiques de l’archéologie fantastique de la grande époque des Robert Charroux, Denis Saurat ou Louis Pauwels.

Publié dans le n° 308 de la revue


Partager cet article