Accueil / Regards sur la science / Les souris de laboratoire perturbées par les expérimentateurs

Les souris de laboratoire perturbées par les expérimentateurs

Publié en ligne le 18 décembre 2014 -
par Louis-Marie Houdebine - SPS n° 309, juillet 2014

Des faits expérimentaux peu crédibles, car faisant référence à des forces inconnues, sont rapportés périodiquement. Les conclusions de telles expériences ne résistent en général pas à une analyse détaillée et rigoureuse des résultats et elles sont considérées comme relevant d’un manque de sens critique. Une publication récente faite dans une revue de très bon niveau montre que des résultats flagrants et simples peuvent être restés inconnus et totalement insoupçonnés.

La non-reproductibilité de certains résultats obtenus chez des rongeurs de laboratoire est considérée comme inhérente à la physiologie des animaux, notamment des souris, pourtant élevées de manière à être peu différentes génétiquement. Une recherche aux conclusions improbables a été tentée pour mettre en évidence une possible influence des expérimentateurs sur la physiologie des souris. À la grande surprise des chercheurs, il est apparu clairement que les souris étaient stressées lorsqu’elles étaient manipulées par des hommes mais pas par des femmes. Ce fait n’est pas dû à la plus ou moins grande douceur des expérimentateurs. Il s’agit d’un phénomène olfactif inconnu qui est induit par n’importe quel expérimentateur mâle [1].

Cette observation va inciter les chercheurs à tenir compte de cet effet mâle en ne confiant la manipulation des animaux qu’à des expérimentateurs du même sexe, des femmes si les animaux doivent ne pas être stressés, et en mentionnant dans leurs publications le sexe des expérimentateurs.

[1]. Sorge, R.E., Martin, L.J., Isbester, K.A., Sotocinal, S.G., et al. (2014). Olfactory exposure to males, including men, causes stress and related analgesia in rodents. Nature Methods doi :10.1038/nmeth.2935

Publié dans le n° 309 de la revue


Partager cet article