Accueil / Notes de lecture / Les tactiques de Chronos

Les tactiques de Chronos

Publié en ligne le 28 juin 2004
Note de lecture de Jean-Pierre Thomas - SPS n° 262, mai 2004

Ouvrage dense et riche que cette longue réflexion d’un physicien 1 sur la notion du temps.

Le temps psychologique, d’une part, celui que nous ressentons, subjectif et fluctuant, outil bien imparfait pour une appréhension objectivée du monde. Ce fut pourtant le seul durant les premiers millénaires de la civilisation.

Le temps physique, d’autre part, qui nous semble pourtant si évident et familier, mais dont la notion même et l’invention ne remontent qu’à Galilée, il y a à peine quatre siècles. Outil nécessaire qui mit longtemps à émerger, mais qui permit enfin la construction de la science physique d’abord, puis, par entraînement, celle de toutes les autres disciplines scientifiques, ainsi que les progrès technologiques prodigieux qui en furent les fruits abondants.

Mais cette notion du temps a profondément évolué depuis le promoteur de l’héliocentrisme poursuivi par les sarcasmes de l’Inquisition. De linéaire et absolu, le temps de la physique moderne est devenu relatif, et insaisissable, puisqu’il semble même disparaître dans certaines expériences d’intrication des particules en physique quantique 2.

Sur un sujet souvent complexe, Étienne Klein fait montre d’une belle limpidité de plume, qui nous donne l’agréable impression de nous sentir un petit peu plus intelligents après l’avoir lu. Il suscite aussi de foisonnantes réflexions sur ce que les plus récentes découvertes nous permettront de saisir de la cohérence du monde au travers des théories d’unification de la physique actuellement en germe.

Étienne Klein balaie un large panorama des aspects du temps au travers de la science - des sciences - et de la culture, et nous ouvre de vastes horizons. Seul peut-être le chapitre qui aborde le temps au travers des notions psychanalytiques de la théorie freudienne, est celui qui, au sein de cet ouvrage, ne nous a pas vraiment convaincu. Mais sans doute le physicien touche-t-il là à des notions dont il n’a pas analysé la pseudo-scientificité des fondements, si largement diffusés dans notre culture 3 .

Le lecteur qui cherche à élargir sa réflexion au-delà d’un simple ouvrage de vulgarisation, nous ne pouvons que l’inviter à découvrir - et dévorer - cet ouvrage autant scientifique que philosophique.

1 Étienne Klein est physicien au Commissariat à l’Énergie Atomique, enseignant à l’École Centrale, et docteur en philosophie des sciences. Il est également l’auteur d’un condensé de ces réflexions : Le temps existe-t-il ? n° 1 de la collection des « Petites Pommes du Savoir », Le Pommier, 2002.

2 Cf. le dossier de Science et Vie n° 1024 de janvier 2003, p. 34 à 50, « Le temps n’existe pas ! », qui comprend d’ailleurs un entretien avec Étienne Klein « Le temps est différent des propriétés qu’on lui attribue ».

3 Voir l’éditorial de Jean Bricmont, Et Freud dans tout cela ?, dans Science et pseudo-sciences n° 255, décembre 2002, et notre dossier sur la psychanalyse dans le n° 261.

Publié dans le n° 262 de la revue


Partager cet article