Accueil / Échos de la liste "pseudo-sciences" / Ostéopathie

Ostéopathie

Publié en ligne le 17 janvier 2006 -

Thierry :

En ce qui concerne l’osteopathie, nous constatons (Eric et moi au
minimum) que cette pratique et cette pseudo-médecine est en train de
s’implanter en France à la vitesse grand-V en particulier dans les
milieux aisés, où il est de bon ton d’avoir son ostéopathe
à 50 ou 60 euros "la passe", non remboursée, ce n’est pas donné à tout le monde.

Les problèmes qui se posent sont :

- comment expliquer cet engouement ? Insuffisances de la médecine conventionnelle ? Comme pour d’autres pseudo-médecines, cette pratique donne des
explications simples, pour ne pas dire "simplistes" aux patients, du type
"vous avez une vertèbre de déplacée", "un blocage", "une contracture
musculaire
" qui explique vos symptômes, la remise en place ou la réduction du blocage vont vous guérir !
C’est le plus souvent faux, sauf au niveau rachidien et bassin - cf. vertébrothérapie et médecine manuelle.

- comment gérer le problème ? Une interdiction pure me semble impossible
dans nos sociétés
démocratiques modernes, de toutes façons, cela semble trop tard !

De plus, de nombreux leaders d’opinions, intellectuels mais aussi hommes
politiques se soignent ainsi. Certains militent même pour le remboursement
de la pratique.
Bernard Kouchner a légalisé la pratique en 2002 (ce qui m’a beaucoup choqué,
une connerie de plus),
les décrets d’application ne sont toujours pas parus, ils doivent définir
quelles sont les conditions nécessaires
à la pratique, le gouvernement actuel penche plutôt pour une pratique
limitée aux médecins et kinés DE.

Jean Brissonnet a raison, cela va officialiser une pseudo-médecine de plus
(dont il vaudrait mieux moderniser les concepts de bases) et cela
n’est pas acceptable intellectuellement mais le loup est dans la bergerie
(cf. loi Kouchner) et le gouvernement, comme toujours, essaye de ménager les
différents lobbies, les médecins et en particulier les rhumatologues ainsi que
l’Académie de Médecine qui sont contre les consommateurs d’osteopathie de
plus en plus nombreux (qui sont aussi des électeurs et qui sont bien plus
nombreux que le premier lobby !)

C’est la même chose pour le déremboursement de l’homéopathie et de certains
médicaments (création d’un taux à 15% pour les toniques veineux !)

Alors comment faire pour enrayer le processus ?


Partager cet article