Accueil / Notes de lecture / Petites expériences extra-sensorielles - Télépathie, voyance, hypnose… Le paranormal à l’épreuve de la science

Petites expériences extra-sensorielles - Télépathie, voyance, hypnose… Le paranormal à l’épreuve de la science

Publié en ligne le 10 mars 2013
Note de lecture de Martin Brunschwig - SPS n°303, janvier 2013

Le titre et le sous-titre de cet ouvrage en disent déjà beaucoup, et je suis persuadé que de nombreux lecteurs se délectent d’avance de voir « le paranormal à l’épreuve de la science ». Disons-le d’emblée : ils ont bien raison ! Richard Wiseman nous livre ici un ouvrage indispensable, qui explique, preuves scientifiques à l’appui, nombre de choses soi-disant inexpliquées. Rêves prémonitoires, sorties « hors du corps », maisons hantées (pour en citer quelques-unes qui ne figurent pas dans le sous-titre), tout cela et plus encore vous est lumineusement décortiqué, et cerise sur le gâteau, avec un humour délicieusement british 1.

La démarche de Wiseman est simple et pédagogique : il sait nous captiver en nous racontant d’abord quelques histoires bien étranges, qui ont conduit à s’interroger sur tel ou tel phénomène, avant de nous entraîner sur les traces des scientifiques qui se sont penchés sur la question. Ce qui est extraordinaire, c’est que la science ait tellement à nous dire sur ces sujets ! Après tout, pour prendre un exemple, si l’on pouvait communiquer par télépathie, ce serait plutôt commode et amusant, mais on aurait vite fait de s’y habituer, après avoir résilié notre forfait portable… Alors que les études qui ont été conduites, pour comprendre comment certains médiums pouvaient parvenir à faire croire à cette aptitude, ont bel et bien permis la découverte d’un phénomène des plus surprenants, connu sous le nom d’effet Clever Hans ou effet « idéomoteur » 2. Comme le dit Wiseman, nous sommes plongés dans un « univers où la vérité est beaucoup plus étrange que la fiction ».

Presque à chaque fois, il montre avec brio que ce sont nos failles et les petites faiblesses de notre cerveau ou de sa manière de fonctionner qui sont mises à profit par les charlatans de tout poil. Nous le soulignons souvent, d’ailleurs, en parlant ici des différents biais qui peuvent nous égarer (effet Forer 3, fausse association entre corrélation et causalité, etc.). Tant de choses se résument finalement à « des facéties de notre cerveau »... Mais Wiseman a la délicatesse de souligner, en conclusion de son ouvrage, que ces petits points faibles ne sont que le « prix à payer pour être si prodigieux le reste du temps. »

Lorsque je vous aurai dit que cet ouvrage est aussi truffé de petits exercices pratiques aussi ludiques que passionnants, de dessins, de manchettes, ou de certains chapitres récréatifs destinés à aérer le parcours, vous aurez compris à quel point la lecture de ce livre est enthousiasmante !

Il est aussi spectaculaire de constater que certaines de ces questions se posent à l’humanité depuis la nuit des temps, et que c’est seulement depuis quelques dizaines ou centaines d’années que la science les a enfin résolues. Il ne reste plus qu’à le faire savoir bien davantage… Autrement dit, je ne conseille pas seulement la lecture de ce livre, mais de le prêter, de l’offrir, de le propager ou de le faire connaître sans modération !

1 Entre autres distinctions impressionnantes, citées en fin d’ouvrage, il est indiqué que Richard Wiseman fut nommé en 2010 parmi les 100 personnalités qui « contribuent à faire de la Grande-Bretagne un meilleur endroit à vivre » !

2 Et connus notamment de nos lecteurs, grâce entre autre à l’article de Brigitte Axelrad L’effet Clever Hans et la « Communication facilitée » dans SPS n°292 d’octobre 2010.

3 Appelé aussi effet « Barnum », c’est (pour aller vite) le fait de se reconnaître personnellement dans une description générale. Voir deux articles à ce sujet dans L’effet Barnum, François Filiatrault dans SPS n°287, Hors-série Astrologie, juillet 2009 et Effet « Forer », effet « Barnum » ou validation subjective, Robert T. Carroll dans SPS n°278, août 2007.

]