Accueil / Échos de la liste "pseudo-sciences" / Question de définitions

Question de définitions

Publié en ligne le 10 novembre 2005 - Rationalisme

Maxime :

J’ai eu une intuition (donc un raisonnement selon Descartes - l’imbécile ! - mais arrêtons de faire exprès de brouiller des cartes...) que m’a confirmée ce cher ami le Larousse :

Rationalisme : n.m. (1803) :

- 1) Philos. Système fondé sur la raison, par opposition aux systèmes fondés sur la révélation ou sur l’expérience (empirisme)
- 2) Théol. Doctrine qui consiste à justifier les dogmes religieux par le recours à la raison (par opposition au mysticisme)
- 3) Attitude d’esprit de celui qui se fie exclusivement à sa raison (quelque-fois péjor.)
- 4) Bx-arts. Doctrine tendant à l’appropriation exacte de l’édifice ou de l’objet à sa destination, la beauté des formes étant considérée comme le résultat de cette appropriation.

Bon, passons vite fait sur la 2 et la 4 que je n’ai recopié que pour vous taquiner...

Que l’on parle d’un système fondé sur la raison ou d’une attitude d’esprit consistant à ne se fier qu’à la raison, dans les deux cas, en comparaison de la méthode scientifique moderne, il y a une grande absente : l’expérience.

Un mathématicien rigoureux pourrait effectivement se contenter d’être rationaliste, mais un physicien qui ne prêterait aucune importance à l’expérience serait parfaitement ridicule. C’est ici qu’on retrouve Descartes d’ailleurs. Descartes, à mon sens, est un vrai rationaliste. Tout son système philosophique est fondé sur la raison, et il a toujours eu pour attitude d’esprit de ne se fier qu’à sa raison. Cela ne l’a pas empêché de commettre une monumentale accumulation d’erreurs et de défendre des absurdités, justement parce qu’en tant que pur philosophe rationaliste, il ne portait aucune attention à l’expérience... et aussi parce qu’il avait une conception un peu large de la raison, incluant l’intuition, ce qui ne remet nullement en cause le fait qu’il ne fit confiance qu’à sa raison et que son système philosophique fut fondé dessus.

On peut aussi remarquer que la méthode scientifique possède d’autres piliers méconnus, au-delà même de la raison et de l’expérience. Le rationaliste (selon cette définition) ne fait aucun cas, par exemple, de l’imagination. Et pourtant, comment élaborer une théorie sans avoir une once d’imagination ? Il faut être sacrément imaginatif pour avoir l’idée qu’une force puisse attirer les corps en raison inverse du carré de leur distance, que le temps puisse être relatif, que l’espace puisse être courbe ou que les particules puissent être aussi des ondes (et inversement)...

Si l’attitude décrite ici est bien ce que l’on appelle en général "rationalisme", alors je comprends parfaitement l’image péjorative de dogmatisme que ce mot inspire à une bonne part de la population.

Au contraire, voici la définition que notre décidément fidèle ami le Larousse donne au mot zététique :

Zététique :

- A) adj. (lat. scientif. zeteticus, gr. zêtêtikos, de zêtein, rechercher ; 1694). Se dit de la méthode employée pour découvrir la raison et la nature des choses.
- B) adj. et n. Nom donné à certains philosophes grecs, disciples de Pyrrhon
- C) n. f.
1) Méthode philosophique ou scientifique fondée sur la recherche.
2) Recherche.

Là encore, je n’ai gardé la B que pour vous faire rager, car si certains d’entre vous ne connaissent peut-être pas Pyrrhon, je suis persuadé qu’une bonne partie d’entre vous (moi aussi) refuserait de souscrire à la philosophie de celui qui fut un précurseur du relativisme forcené qui est tant à la mode depuis quelques décennies.

Je ne vous citerai pour exemple que la plus hilarante de ses citations : "Rien n’est plutôt ainsi qu’ainsi, ni que l’un ou l’autre". Pour ceux qui n’auraient pas assez d’aspirine à proximité, je traduis :
"On peut rien savoir, on peut rien dire, chacun ses goûts, chacun son avis,
Y’a pas de vérité absolue mais que des vérités relatives, les goûts et les couleurs ça se discute pas, [insérez ici tous les lieux communs que vous voudrez...]"

Voyons les autres définitions... elles se chevauchent toutes un peu, et la dernière est la plus explicite. Un seul mot : Recherche. Voilà, vous cherchiez un synonyme de zététique, vous l’avez. Quant à "méthode scientifique basée sur la recherche", on pourrait le résumer simplement par
"méthode scientifique", car on peut se demander si une méthode ne se fondant pas sur la recherche pourrait être qualifiée de scientifique... nous voilà donc avec un autre synonyme de zététique : méthode scientifique.
Quant au descriptif exact de cette méthode, je ne vous ferai pas l’insulte de le faire ici, mais vous conviendrez avec moi qu’il ne se réduirait pas à un "Système fondé sur la raison" ou à une "Attitude d’esprit de celui qui se fie exclusivement à sa raison". La zététique, puisqu’elle s’identifie à la méthode scientifique, inclut bien plus que le dogme de la raison, l’imagination, l’expérience, la rigueur, la reproductibilité, etc, etc... étant en fait tout aussi importants que la raison dans la recherche.

A partir de là, je crois qu’il est quasiment impossible de confondre le rationalisme et la zététique. Et pour ma part, je préfère largement me réclamer de la zététique - qui, ceci dit, m’a fait à peu près le même effet de ridicule que le mot "bright" quand je l’ai découvert, en me donnant
l’impression d’un mot plus "stylé" et "intellectuel" pour dire en fait strictement la même chose que "méthode scientifique" ou "recherche" - que du rationalisme.

En fait, je vous conseille une chose encore plus simple : ne vous réclamez de rien du tout, vous verrez, ça fait un bien fou de ne pas avoir à se prendre la tête pour construire des cases étriquées (en craignant, plein d’angoisse, qu’elles ne correspondent pas tout à fait aux cases définies par la masse gluante et bêlante des humains grégaires) dans l’unique but de pouvoir ensuite se contorsionner pour rentrer dedans...


Mots-clés : Rationalisme


Partager cet article