Accueil / Notes de lecture / Scientaisies - Chroniques narquoises d’un mathématicien

Scientaisies - Chroniques narquoises d’un mathématicien

Publié en ligne le 4 avril 2015
Note de lecture de Martin Brunschwig

Le propre de l’homme est de chercher le propre de l’homme et de ne jamais le trouver ! (p.66)

Voici un petit livre diablement malin, qui fait beaucoup réfléchir ! Il est fait de courtes chroniques publiées dans le « bloc-notes » de Pour la Science, rassemblées ici sous ce titre amusant (croisement de science et fantaisie), mais trompeur : en effet, aux yeux de l’auteur de ces lignes, Didier Nordon développe une forme de pensée tout à fait originale, mais bien plus sérieuse qu’il n’y paraît.

Certes, la forme est aérée, émaillée de dessins humoristiques très réussis ; la brièveté des chroniques, également, permet une lecture agréable et facile. Mais l’auteur n’en garde pas moins une réelle ambition et, par exemple, manie les paradoxes comme des balles avec lesquelles il jongle. Les chroniques étant très brèves (souvent moins d’une page), elles sont très nombreuses, et fatalement inégales… mais de nombreuses pépites vraiment brillantes récompensent largement les efforts du prospecteur.

Quelques exemples : une critique de l’esprit critique, une « condamnation » de l’écriture, l’affirmation que les romanciers sont plus fiables que les essayistes, qu’être superstitieux peut être raisonnable… Je vous laisse bien sûr le plaisir de découvrir ces démonstrations, mais en tout cas, on se surprend souvent à donner raison à D. Nordon ! Ajoutons un intéressant parallèle entre religion et médias, une jolie chronique sur la mémoire, ou cet exemple typique de la propension de l’auteur à imaginer quelque chose à quoi nous n’aurions pas pensé nous-mêmes : « Deux termes désignent le lien plus ou moins passionnel qu’un homme entretient avec son pays : patriotisme, nationalisme. Mais il n’y en a aucun pour désigner le lien qu’il entretien avec son époque. » On peut noter en passant que le langage et les mots tiennent une place primordiale dans le livre.

J’ai choisi là, bien sûr, mes chroniques préférées, et je le redis, le livre est inégal. Mais la variété même de ces réflexions riches et originales, menées par un auteur à l’esprit des plus féconds, rend ce livre indispensable à tous les curieux, tous ceux qui aiment faire de temps en temps un petit pas de côté. Et comme les « pépites » des uns ne seront pas forcément celles des autres, je ne doute pas qu’au bout du compte, ce sont bien tous les lecteurs qui se régaleront !


Partager cet article