Accueil / Notes de lecture / Semences

Semences

Publié en ligne le 15 avril 2013
Note de lecture de Louis-Marie Houdebine

Ce thriller écrit par un Allemand et publié en 2010 remporte un vif succès mondial. La quatrième de couverture nous annonce d’emblée et bruyamment que les informations contenues dans le livre sont rigoureusement exactes et reflètent une réalité qui menace notre vie. On comprend rapidement qu’il s’agit de démontrer que les OGM ne sont pas seulement des œuvres de mort pour les agriculteurs, les consommateurs et l’environnement mais que des projets concrets et autrement plus effrayants sont en cours. Les 518 pages du livre nous tiennent en haleine à travers le monde, pour bien montrer la puissance du réseau diabolique qui n’hésite pas à tuer cruellement et à faire peur pour s’imposer. La clef de l’énigme nous est fournie comme il se doit pour ce genre d’ouvrage dans les quinze dernières pages. Les bons gagnent (peut-être ?) de justesse pendant que la principale instigatrice du complot est déchiquetée par un ours dans le grand nord norvégien. On s’attend à une description dantesque du diable Monsanto alors que cette entreprise est délibérément placée dans la classe des malfaiteurs ordinaires. Le projet ultrasecret n’est en effet rien moins que la préparation et la dissémination d’OGM ultratoxiques et envahissants destinés à provoquer la mort d’un maximum d’êtres humains décidément trop nombreux sur la Terre et considérés comme une menace pour la survie d’une élite de privilégiés.

L’argumentation est annoncée comme sans faille en ce qui concerne les techniques et la vraisemblance du projet. Au passage, on nous décrit avec une parfaite désinvolture l’utilisation des gènes de résistance aux antibiotiques (abandonnée depuis longtemps), du gène Terminator qui stérilise les plantes (jamais utilisé) et qui fait aussi crever les rats expérimentaux (information inconnue), ainsi que la culture massive de colza (au lieu de la canne à sucre) source de biocarburant et destructrice de la forêt amazonienne. On apprend également que le changement brusque de climat dû à l’éruption d’un volcan a failli faire disparaitre de la Terre l’espèce humaine (l’Homo sapiens est apparu il y a seulement 200 000 ans).

Le plus impressionnant est l’OGM tueur. Il s’agit d’un maïs dont le pollen est disséminé par un avion voguant à haute altitude où soufflent des vents qui vont disséminer ledit pollen sur l’ensemble de la Terre. Le pollen de maïs perd son activité en quelques heures, mais qu’importe. Le maïs se dissémine peu pour cette raison mais aussi parce que l’émission massive locale de pollen par le maïs ne permet pas au pollen exogène de féconder aisément le maïs cultivé. Le maïs ne pousse que dans certains pays et il doit être ressemé chaque année pour bénéficier de l’effet hybride. Détails que tout cela.

Il est admis que des OGM très sensibles à certaines maladies et disséminés volontairement pourraient dévaster des cultures à l’échelle d’un continent et donc constituer une arme de guerre économique. Les experts du bioterrorisme ne croient pas à des scénarios de destruction massive à l’aide de plantes génétiquement modifiées. Il ne manque pas de microbes naturels hautement pathogènes pour frapper massivement les humains. L’auteur remercie les personnes qui lui ont fourni les précieuses informations sur les OGM. Il mentionne tout particulièrement le film de Marie-Monique Robin sur le monde selon Monsanto dont il s’est abondamment inspiré. On ne saurait s’en étonner.


Partager cet article