Accueil / Dans la presse sceptique / Skepter (Pays-Bas), numéro de l’hiver 2009 (paru en mai 2010)

Skepter (Pays-Bas), numéro de l’hiver 2009 (paru en mai 2010)

Publié en ligne le 5 octobre 2010 -
Par A. Atsou-Pier

Skepterhiver2009Andrew Taylor Still, le prophète de l’ostéopathie
Dans le premier article de ce numéro, Rob Nanninga, rédacteur au Skepter, retrace la vie du self-made-man américain Andrew Taylor Still (1828-1917), fondateur du vaste champ d’activités couvert actuellement par le mot « ostéopathie ». Confronté aux échecs de la médecine régulière de son temps, Still commence à croire qu’elle fait totalement fausse route et que l’avenir sera à la médecine sans médicaments, l’homme étant une machine parfaite créée par Dieu et équipée dès la naissance de tous les mécanismes nécessaires à la guérison. Les maladies ne sont rien d’autre que les effets d’une obstruction d’un nerf ou d’une veine. Il suffit de manipuler les os pour enlever ces obstructions, et le corps se guérit tout seul. L’ostéopathie est donc la médecine de Dieu lui-même.
Aux Etats-Unis, l’ostéopathie s’est rapprochée de la médecine régulière, tandis qu’elle reste alternative en Europe. Selon Claude Hamonet 1 l’idéologie à la base de l’ostéopathie n’a guère changé au cours des années.

Déjà vécu
Environ 70 % des personnes déclarent avoir eu un « déjà-vu », parfois accompagné d’une impression de clairvoyance. Le phénomène est difficile à étudier, en l’absence d’une cause probable et d’un comportement observable. Même la définition du terme est problématique. Arthur Funkhouser a eu au moins le mérite de faire la distinction entre trois types de déjà-vu : le déjà vécu, le déjà senti et le déjà visité. Au cours des dernières années, plusieurs hypothèses ont été avancées par les scientifiques. Bien qu’aucune ne semble concluante, toutes sont plus plausibles que les explications paranormales.

Médecins traitants et homéopathie
Un groupe de travail de l’association sceptique néerlandaise Skepsis a fait une enquête auprès des quelque 700 médecins traitants de la province d’Utrecht (dont 63 sont membres de l’association des médecins homéopathes). Il en ressort que l’intérêt des médecins traitants néerlandais pour l’homéopathie est en baisse : 16,9 % d’entre eux prescrivent des produits homéopathiques contre 40 % en 1998. Si les médecins traitants réguliers prescrivent ces produits, ils le font surtout pour leur effet placebo. Les résultats complets de l’enquête ont été publiés dans « Medisch Contact », l’hebdomadaire de l’association officielle des médecins néerlandais.

Une ligne « ley » 2 sous le palais de Soestdijk
Rob Nanninga fait la critique du livre La physique du sacré 3 de l’économe Sietse van der Tuin. Celui-ci a parcouru tous les Pays-Bas avec sa baguette de sourcier et a trouvé des centres ley (croisement de deux ou plusieurs lignes ley) dans tous les édifices religieux, qu’ils soient anciens ou nouveaux, sauf dans les temples des « Églises réformées aux Pays-Bas » 4. Cela s’explique : ses fondateurs n’appartenaient pas au clergé ou à la noblesse, les seuls détenteurs des connaissances secrètes sur les énergies ley. L’auteur du livre a étendu ses recherches à l’étranger, avec des résultats remarquables : le centre ley de Stonehenge se trouve à 250 mètres à côté du lieu où il devrait être, celui de Lourdes est tellement fort qu’il pouvait être repéré en survolant la ville en avion, et, contre toute attente, le centre le plus fort à Paris ne se trouve pas dans la cathédrale Notre-Dame, mais dans un commissariat de police auprès de la Seine.
Rob Nanninga a proposé de faire un test en double aveugle avec des bouteilles remplies d’eau « sacrée » ou d’eau minérale. Le prétest effectué par Monsieur Van der Tuin n’obtenant pas le résultat escompté, celui-ci a perdu tout intérêt dans la poursuite du test proposé.
Cet article est suivi d’un autre retraçant l’histoire de la chasse aux lignes ley « préhistoriques » depuis leur découverte en 1921 en Angleterre.

Un taux de succès de zéro pour cent
Un taux de succès de zéro pour cent, c’est le résultat d’une analyse des prédictions de la célèbre voyante américaine Sylvia Browne, spécialisée dans les disparitions et les crimes. Cet article est une adaptation d’un article paru dans le Skeptical Inquirer de mars/avril 2010. 5

Ramses II est-il mort de la tuberculose ? 6

Non, disait le philosophe des sciences Bruno Latour, parce que le bacille de Koch n’avait pas encore été inventé à cette époque. D’autres disent oui, le bacille était déjà là, mais il fallait encore le découvrir. Le philosophe Erik Hoogcarspel utilise cet exemple pour illustrer la confusion qui entoure toujours le débat science-société où réalistes et relativistes se confrontent. En faisant des incursions dans la phénoménologie, le scientisme, la philosophie de Ludwig Wittgenstein et l’affaire Sokal, l’auteur emmène le lecteur vers une nouvelle approche du concept de vérité : certaines choses peuvent être vraies selon tel ou tel modèle scientifique, mais il ne faut jamais oublier que ces vérités sont provisoires et ne servent que pour pouvoir faire des prévisions.

Autres articles
Les deux derniers articles concernent les expérimentations parapsychologiques récentes avec des générateurs de nombres aléatoires (résultats non concluants pour l’instant) et une conférence du parapsychologue Hans Gerding, professeur de métaphysique dans l’esprit de la théosophie [sic] à l’Université de Leyde.

Blogs sur le site de Skepsis
En mai, un blog est consacré à l’inventeur Muammar Yildiz, qui a eu l’honneur de pouvoir faire la démonstration de son moteur perpétuel 7, actionné par l’énergie au point zéro, sous les auspices de l’Université technique de Delft. En juin cette université se trouve de nouveau dans la ligne de mire de Skepsis, cette fois-ci à cause de deux conférences publiques données par Coen Vermeeren, chargé de cours en technique aérospatiale, dans le cadre du « Studium Generale » 8. Ces conférences n’étaient que de la propagande pour tout ce qui relève du « paranormal » et des fausses sciences, d’où le titre du blog : « L’Université technique de Delft kidnappée par les extraterrestres ! »

1 Hamonet, Claude (2003). Joint Bone Spine, volume 70, pages 80-84.

2 Voir. Je n’ai pas repris la traduction « lignes de Ley », étant donné qu’un ley en anglais n’est pas un monsieur.

3 « Fysica van de heiligheid » en néerlandais.

4 Ces Églises se sont séparées en 1834 de l’Église réformée, l’Église d’État des Pays-Bas à l’époque.

5 Voir

6 Cité dans le livre « Fear of knowlegde : against relativism and constructivism » de Paul Artin Boghossian.

8 Toutes les universités néerlandaises ont un service « Studium Generale » qui organise des conférences, cours et discussions publics, accessibles aux étudiants, collaborateurs et autres intéressés, afin d’approfondir leurs connaissances dans le domaine de la science, des arts et de la culture.


Partager cet article