Accueil / Notes de lecture / Tu mourras moins bête* - Quoi de neuf, Docteur Moustache ? Tome 2

Tu mourras moins bête* - Quoi de neuf, Docteur Moustache ? Tome 2

Publié en ligne le 31 janvier 2016
Note de lecture de Kévin Moris - SPS n° 315, janvier 2016

*Mais tu mourras quand même !
(quatrième de couverture)

La première série d’aventures de la Prof Moustache a déjà été commentée dans nos colonnes 1. Marion Montaigne nous propose cette fois-ci un ouvrage sur le thème du fonctionnement du corps humain. Et le format du premier tome est conservé. Chaque petite histoire est introduite par une carte postale qui pose une affirmation ou une question, pertinente ou impertinente ! Quelques exemples : L’orgasme est-il un bon somnifère ? Comment le cerveau reconnaît-il les gens ? Comment le corps traque les virus. Qu’est-ce qu’un organe vestigial ? Peut-on opérer en apesanteur ?

La Prof Moustache mène l’enquête, souvent avec l’aide de Nathanaëlle, sa copine à barbe. Elle le fait avec passion et force illustrations quelque peu trash : des mains ou des têtes sont coupées, les bagarres ne sont pas rares… et la Prof Moustache se fait même écrabouiller par un cocotier pour illustrer l’existence des prix Ig Nobel (p. 121). Ces illustrations font souvent sourire ou rire, mais aussi complètent utilement le propos pour aider à la compréhension, notamment quand il s’agit du monde microscopique : par exemple pour expliquer le principe de la vaccination (p. 157). Le lecteur découvre ainsi le fonctionnement du système immunitaire, mais aussi par exemple le mode d’action d’un cosmétique pour éclaircir la peau, les habitudes sexuelles des gorilles, les différentes phases du sommeil, la composition d’un bouton de pus, les différentes méthodes de dopages utilisées.

On se régale à la lecture de certains passages. Ainsi, lorsque la psychanalyse est résumée par une phrase à peine réductrice : « Grâce à Freud, vous verrez tout de manière salace » (p. 39). Ou bien lorsque certaines pseudo-sciences sont justement décriées : « Quelle coïncidence ! Vous êtes bélier ! Comme Youki ! Sauf que Youki, il s’en fout de son horoscope. Et il a bien raison ! Pas con le chien ! » (p. 193). Toute cette dérision rend la lecture très plaisante et M. Montaigne s’en donne à cœur joie. Les victimes mises en scène sont souvent choisies dans l’actualité médiatique (hommes politiques, présentateurs télé, chanteurs…).

Les références utilisées par M. Montaigne sont listées à la fin de l’ouvrage. L’auteur a aussi rencontré de nombreux médecins et scientifiques pour ce travail, notamment de l’Institut Pasteur et du centre de virologie de Lyon.

M. Montaigne mêle avec brio l’humour et la vulgarisation. Elle simplifie habilement et à juste titre la réalité pour mieux l’expliquer. Elle en a conscience et tourne en dérision les reproches qu’on pourrait lui faire : la Prof Moustache est même crucifiée, flagellée et écartelée par les scientifiques qui pourraient lui reprocher son manque de rigueur (pp. 109-116) !

Précisons enfin que cet ouvrage a reçu le prix du public au festival de la bande dessinée d’Angoulême en 2013 et il le mérite amplement ! La lecture est recommandée pour tout public qui a envie de rire !

1 Il s’agit du tome 1 de Tu mourras moins bête. Voir la note de lecture.

Publié dans le n° 315 de la revue


Partager cet article