Accueil / Un monde fou, fou, fou... / Un monde fou, fou, fou : décembre 2004

Un monde fou, fou, fou : décembre 2004

Publié en ligne le 19 août 2008 -
SPS n° 265

« C’est une question de temps, ce n’est pas une question d’impossibilité fondamentale comme les terroristes rationalistes voudraient nous en convaincre. Comme si la vie n’était pas un miracle constant… »

Didier van Cauwelaert, sur le site de Critiques libres

Le gourou de la « médecine nouvelle » sous les verrous

Ryke Hammer, médecin autrichien, s’est vu radié de l’ordre des médecins en 1986 par l’Allemagne. Il avait en effet inventé une thérapie contre le cancer, uniquement fondée sur le psychisme, appelée « médecine nouvelle », qui prône l’abandon de toute médecine conventionnelle.

En France, la médecine nouvelle s’est installée à Chambéry d’où elle lance des « antennes » grâce à des adeptes actifs. Des familles de victimes entraînées à sa suite ont maintes fois porté plainte. Par six fois, l’Union Nationale des Associations pour la Défense des Familles et de l’Individu (UNADFI) a été saisie pour dénoncer l’abandon de patients et la manipulation mentale. En 2000, le tribunal de Chambéry a condamné Ryke Hammer à trois ans d’emprisonnement pour exercice illégal de la médecine et non-assistance à personne en danger. Deux de ses adeptes furent condamnés à ce même procès à des peines avec sursis.

Prétextant une maladie, Hammer ne s’était pas présenté au tribunal en 2000. En juin 2004, un sixième procès, toujours sans Hammer, a eu lieu à Chambéry. Sous le coup d’un mandat d’arrêt international, le gourou s’est réfugié en Espagne. Mais l’Espagne a enfin décidé de l’extrader vers la France et l’a arrêté à Malaga le 9 septembre 2004. De retour en France fin octobre 2004, il purgera sa peine initiale de trois ans de prison.

L’affaire ne s’arrêtera pas là pour autant, malheureusement. Beaucoup d’adeptes propagent sa théorie en France et son site web poursuit assidûment la diffusion de ses idées.

Sources : Le Dauphiné Libéré Savoie du 27 mai 2004 et France 3 Grenoble, infos du 15 octobre 2004. Source : AFP

La belle plume des fantômes

Didier van Cauwelaert, écrivain, Goncourt 1994, fut l’invité jeudi 7 octobre 2004 de Laurent Ruquier (On a tout essayé sur France 2) pour la promotion de son livre L’évangile de Jimmy.

Cet ouvrage met en scène le clone du Christ, créé à partir… des traces de sang sur le « Suaire » de Turin. Le tout aurait pu s’intégrer à la trame romanesque, si Cauwelaert n’affirmait haut et fort que, dans la réalité, cette fois, ce « suaire » était authentique.

Personne de l’équipe ne répliquera à ce mensonge, pas même Gérard Miller, dont on connaît pourtant la vivacité de réaction face aux escrocs du paranormal. Mais Miller a autre chose en tête que le « suaire ». Il rappelle pour les téléspectateurs que Cauwelaert et lui se sont déjà affrontés devant les caméras sur la question du paranormal. Il veut revenir sur la croyance du romancier dans les fantômes et sa prétention à pouvoir enregistrer leurs voix sur magnétophone. Miller accuse Cauwelaert d’emmener les gens en deuil vers une illusion cruelle : celle de leur faire espérer une communication avec un être cher disparu. Cauwelaert répond à cette accusation en attaquant globalement le comportement de Miller face à l’étrange : « Vous êtes dangereux. Par exemple, votre mépris affiché pour les voyants et leurs clients risque fort d’alimenter les sectes ».

Miller lui rappelle une promesse, faite devant témoins, de lui enregistrer et de lui faire écouter, dans des conditions scientifiques, des voix de l’au-delà. Il exige qu’il l’accomplisse dans les six mois. Cauwelaert commence par se défiler, nie avoir promis, mais Ruquier intervient : cette promesse a bien été faite et entérinée par fax.

Pour finir, Gérard Miller, exaspéré de tant de mauvaise foi, fait à son tour une promesse devant les caméras : si Cauwelaert réussit à lui faire entendre les voix d’âmes errantes sur magnétophone, en suivant un protocole rigoureux, alors il lui offrira 10 000 euros.

Sur ce coup de panache, fin de l’altercation… ou coupure au montage ?

Sauvés par les extraterrestres !

Juin 1908, Tunguska, Sibérie orientale : un bolide de plusieurs dizaines de mètres de diamètre s’abat sur cette partie heureusement peu peuplée de la Sibérie, ravageant 60 millions d’arbres, couchés et brûlés comme fétus de paille, et faisant entendre son écho à 1000 km de distance. La première expédition scientifique pour étudier son impact n’aura lieu qu’en 1927. Elle fut menée par le géologue russe L.-A. Kulik, qui ne trouva sur place aucune météorite. 77 ans et 40 expéditions plus tard, le mystère reste entier : aucune trace de la météorite, et beaucoup de divergences sur la trajectoire et l’angle d’attaque de l’objet. L’hypothèse scientifique la plus probable est celle d’une explosion en vol, ce qui explique l’absence de trace d’impact, mais cette explication laisse encore des questions sans réponses.

Une équipe russe prétend avoir trouvé la solution. Cet été, des hommes du « Fond du phénomène spatial de la Tunguska » affirment qu’il s’agit d’un choc entre un vaisseau extraterrestre et une météorite. Le vaisseau aurait pulvérisé la météorite pour sauver la Terre ! Ils ont retrouvé une pierre de 50 kg qu’ils vont s’empresser de faire analyser.

La Sibérie connaît bon nombre de chocs météoritiques : Alinsk 1947, Ilimsk 1976, Bodaibo 2002. Cette fréquence, associée à l’isolement de la région, alimente les fantasmes ufologiques.

Pourtant, quand on sait que la Sibérie subit ces impacts avec une probabilité égale à celle des autres régions du globe, et que par ailleurs elle couvre 10 millions de kilomètres carrés de notre Terre, on comprend mieux.

Sources : Libération du 12 août 2004 et site web Luxorion 1
Crédit photos : Site Tunguska de l’Université de Bologne 2

L’ovni invité au concert était gonflé

En août dernier, un ovni est apparu aux spectateurs pendant un concert, dans l’est de la Turquie, apparition assortie de plusieurs disparitions de personnes.

Au vu de l’inquiétude croissante de la population, le gouverneur de la région a avoué qu’il avait monté ce canular pour faire parler de ses montagnes, qui abritent… une station de ski !

Plusieurs complices ont monté cette blague : le maire, le directeur de la Sûreté, l’organisateur du concert, et c’est une montgolfière qui leur a servi d’ovni.

Nous avons là une éclatante illustration de ce que sont les témoignages d’apparitions d’ovnis : des visions souvent belles, sincères, et des vaisseaux fictifs, devenus, à force d’être encensés, des mythes ancrés dans notre culture contemporaine.

Kerry va sans doute gagner... sauf s’il perd

Élisabeth Teissier a enfourché son balai de sorcière pour vous livrer une prédiction fondamentale pour une astrologue : l’établissement des thèmes astraux des grands de ce monde. Elle obéit ainsi à une tradition ancestrale, donc immobile, de sa discipline.

Le titre annonce la prédiction : « Victoire à l’arraché de J.-F. Kerry ». À l’arraché ? Que ce soit vrai ou non, dans tous les cas, cette précision lui est vitale, car si Kerry échoue, notre astrologue devra s’en sortir honorablement en faisant valoir la haute voltige de cette prédiction qui se jouait sur un fil ténu.

Qu’on n’exige pas d’elle l’impossible, tout de même !

Elle poursuit avec l’annonce d’une éventuelle attaque « physique » contre Bush, et « à travers lui la nation ». Sous forme d’interrogation bien sûr ; point trop (de précision) n’en faut.

Puis elle enchaîne avec une page très technique, charabia ésotérique, sorte de cours d’astrologie absolument incompréhensible, où l’on découvre qu’il existe, tout en symbolique bien sûr, une révolution solaire. Et là Teissier explique : le soleil revient dans sa position natale, et cela se passe lors de votre mois anniversaire. Eh oui ! le Soleil tourne, autour de vous et de votre anniversaire ! Réjouissez-vous, vous êtes de nouveau le centre du monde, comme il y a presque cinq siècles, avant la découverte de l’héliocentrisme.

Puis au détour d’une ligne, on apprend aussi qu’aura lieu une éclipse de Lune le 28 octobre 2004. Gagné ! Cette fois il ne s’agit plus de symbolique, la Lune sera véritablement éclipsée ce 28 octobre. Ce mélange d’élucubration et de réalité est savamment orchestré : le symbolique lui permet d’avancer toutes les fadaises possibles en restant intellectuellement intacte, l’impression de réalité étant assurée par une information d’astronomie, qui pare son propos d’une coloration scientifique.

L’amalgame réalité-symbolique est donc le pilier de l’astrologue, Teissier en use à satiété.

Autre démarche indispensable pour se protéger des contestations ultérieures : les réserves. Dans ses trois pages sur Bush et Kerry, Teissier fait suivre chacun des paragraphes de précautions du style « les élections en général sont un casse-tête et un piège pour l’astrologue », ou bien « dur, dur, de se faire une opinion, car tous deux jouissent à la fois d’influx très porteurs et de transits critiques ».

En conclusion, elle réaffirme que Kerry a l’avantage, mais les quatre lignes qui suivent reviennent sur cette affirmation : « J’espère ne pas être tombée dans le piège des élections trompeuses, d’autant que je ne puis exclure une certaine partialité dans mes analyses ».

Madame Teissier, si c’est si dur de prédire l’avenir, vous êtes autorisée à changer de métier.

Rubrique réalisée par Agnès Lenoire

2 http://www-th.bo.infn.it/tunguska/. Montage effectué à partir de deux photos publiées par ce site.

Publié dans le n° 265 de la revue


Partager cet article