Accueil / Un monde fou, fou, fou... / Un monde fou, fou, fou : mai 2007

Un monde fou, fou, fou : mai 2007

Publié en ligne le 15 juin 2008 - Astrologie - Neurologie - Ovnis
SPS n° 277

Les astres et les pilules

L’astrologie est multiforme et, comme toute activité commerciale dynamique, elle sait déceler les niches où faire prospérer ses activités et assurer sa notoriété. Après avoir investi le monde de l’assurance (SPS n° 253), des loteries et jeux de hasard (jeu Astro promu par l’entreprise publique La Française des Jeux) et de l’université (thèse d’Élisabeth Teissier en sociologie à La Sorbonne, SPS n° 246), elle s’insère maintenant dans les pharmacies à l’occasion de la nouvelle année.

Ainsi, les laboratoires Paul Hartmann diffusent de petits calendriers pour l’année 2007, disponibles gratuitement dans des pharmacies, et chaque calendrier est consacré à un des douze signes du zodiaque. À côté d’un espace réservé au cachet de la pharmacie qui le distribue, il indique les supposées spécificités du signe pour le caractère des personnes nées dans la période de l’année correspondante. L’artifice est habile en faisant de l’astrologie un complément du calendrier et le sérieux de cette association semble validé par la distribution en pharmacie.

Les laboratoires Boiron vendent de la poudre de perlimpinpin en gélules et les laboratoires Paul Hartmann offrent, eux, du vent aux clients des pharmacies. En associant, incidemment, les produits pharmaceutiques et la croyance en l’astrologie, la réception de la médecine comme discipline scientifique s’en trouvera gravement affectée.

Jocelyn Bézecourt

Des ovnis grand public

Nous vous avions présenté le Service d’Expertises des Phénomènes Rares Atmosphériques (SEPRA) du CNES et son historique dans le numéro 257 de mai 2002. Puis, en juillet 2005, dans la revue de presse de notre site internet, nous vous avions annoncé la fermeture du SEPRA au profit d’un nouveau bureau d’études. En mai 2006, toujours sur notre site, nous annoncions la création effective du Groupe d’Etudes et d’Information sur les Phénomènes Aérospatiaux non Identifiés (GEIPAN), intégré au CNES, dirigé par Jacques Paternet, avec Pierre Lagrange comme consultant, devant recueillir les données et mener les enquêtes. Avec deux mots d’ordre : transparence et pédagogie.

Aujourd’hui ce bureau du CNES rend publics ses résultats : 100 000 pages ont été numérisées ; 3000 procès-verbaux de gendarmerie seront en consultation ; 1600 incidents liés à des témoignages d’ovnis pourront être lus. Les publications d’archives du GEPAN-SEPRA-GEIPAN sont sur le web.

Son directeur prévient qu’il n’y a rien d’extraordinaire à en attendre.

Source : site internet The inquirer

Agnès Lenoire

Giscard et les marabouts

On savait que nos dirigeants pouvaient s’adonner à l’astrologie, mais on sait aussi maintenant que c’est en général une information qui parvient tardivement au public. On savait Valéry Giscard d’Estaing porté sur les croyances : il fut mêlé de près à l’affaire des avions-renifleurs entre 1975 et 1979. Puis, le 15 septembre 2001, au cours d’un entretien sur la chaîne Histoire, il apprenait aux spectateurs qu’il attachait de l’importance aux signes astrologiques.

Depuis dimanche 19 novembre 2006, on sait désormais que Giscard d’Estaing croit aussi au pouvoir des marabouts. Invité à l’émission FOG sur France 5, il a en effet affirmé que, lors de son accession au pouvoir en 1974, il portait sur lui un objet donné par un marabout sénégalais.

Et bien sûr, lors de sa chute en 1981, il ne l’avait plus sur lui. Pas de lien de cause à effet mentionné bien entendu, mais la seule allusion suffit à faire sourire…ou pleurer.

Source : site internet sénégalais Seneweb

A.L.

De la pub pour les étoiles

La chaîne de restauration rapide « Poulet frit kentucky (PFK) » a monté une gigantesque opération de publicité en direction des extra-terrestres. Son emblème, le Colonel Sanders, vieil homme souriant à lunettes et à barbichette, muni d’un tablier rouge, a été reconstitué au sol dans un secteur célèbre pour ses rumeurs d’ovnis. Afin de le rendre visible pour les soucoupes volantes, il a fallu choisir un terrain de 2500 mètres carrés, dans le désert du Nevada. C’est le plus gros logo au monde. Il est constitué de 65 000 tuiles et 50 professionnels s’y sont affairés pendant trois mois. Si les extraterrestres savaient tout ce qu’on fait pour eux sur terre, ils viendraient au moins nous remercier.

Source : infopresse, le portail du marketing, de la publicité et de la communication

A.L.

Astro-criminologie

L’affaire Courjault 1 est tombée dans le sac de l’astrologie. Il n’y aurait donc aucun sujet qu’elle aurait la décence de ne pas toucher ? Alain de Chivré dirige l’Institut d’Etudes Astrologiques créé en 1983 à Nantes. Ce centre de formation est censé enseigner l’astro-criminologie. À ce titre, Alain de Chivré porte un commentaire sur l’affaire Courjault : il n’y a pas de fatalisme, pas de criminel-né, donc rien d’inscrit à l’avance dans la carte du ciel. Celle-ci permet, dit-il, de comprendre la structure de la personnalité, et il faut la mettre en relation avec l’environnement social et affectif de la personne. La clé pour Véronique Courjault ? Un dysfonctionnement inné/acquis ! Madame Courjault aurait eu des attentes (issues de sa personnalité) déçues, et inconsciemment elle aurait refusé de s’adapter à un environnement qui s’opposait à ses désirs. Il paraît que c’est une thèse originale.

Sources : site diffusez.com/new et site d’Alain Chivré : formationastrologie.com

A.L.

Ce que « démontrent les travaux des neuroscientifiques »

M. de Robien, ministre de l’Éducation nationale, a déclaré sur France Inter le 10 octobre : « Oui, le cerveau est fait pour apprendre par éléments ! C’est-à-dire qu’on apprend par des éléments qui s’appellent les lettres et les sons, et ensuite quand on a les syllabes, on ajoute les syllabes aux syllabes pour faire des mots et ensuite on fait des phrases qui ont un sens". C’est [...] ce que “démontrent les travaux des neuro-scientifiques” ».

Il semble pourtant que les résultats des neuro-scientifiques ne soient pas aussi simplistes, et qu’il y ait déformation des travaux qui lui servent de référence.

Jean-Émile Gombert, professeur de psychologie du développement cognitif à l’université Rennes 2, spécialiste de l’apprentissage de la lecture, fait partie des chercheurs sur lesquels s’appuie monsieur de Robien pour préconiser la méthode syllabique unique. Sauf que le ministre a beaucoup tronqué les propos des chercheurs, à tel point que monsieur Gombert, rejoint par un collectif de 22 chercheurs, a appelé les enseignants à la désobéissance : « Face à des instructions contraires aux textes, il convient d’initier un large mouvement de grève du zèle, de refuser d’enfermer l’enseignement de la lecture dans le b-a-ba ; en d’autres termes, il convient d’appliquer les textes, donc de désobéir au Ministre qui les caricature. »

Monsieur Gombert rappelle en effet que les nouveaux programmes préconisent « d’enseigner, dès le début du Cours Préparatoire, les correspondances entre les lettres et les sons, mais ils ne permettent pas de trancher sur la meilleure façon d’y parvenir : par une méthode syllabique (le b-a-ba), par décomposition des mots en unités de plus en plus petites, ou par une démarche qui combine ces 2 approches... ».

Sources :
http://www.cafepedagogique.net/dossiers/contribs/devanne2.php
http://www.cahierspedagogiques.com/article.php3?id_article=2646

A.L.

Pseudo-science et ésotérisme pour le nouveau réveil de Philips

« Halte au stress ! Trouver votre équilibre physique pour un coucher et un réveil en douceur ». C’est ainsi que Philips fait la promotion de « l’Éveil Lumière », son nouveau réveil. Là où un bête et banal réveille-matin se mettra à sonner dès qu’arrive l’heure du lever, le nouveau concept de Philips « imite » l’aube et son éclairage progressif. Associé à ce lever du jour dans votre chambre, différentes sources sonores vous sont proposées : chant des oiseaux, animaux au bord d’un étang, ou encore le bruit des vagues en bord de mer.

Belle invention marketing. Mais Philips nous affirme qu’il s’agit de bien plus que cela : « Des recherches scientifiques montrent que la simulation de l’aube apporte de réels bénéfices pour votre bien-être ». D’ailleurs, l’appareil « est certifié comme un appareil médical conformément à la directive européenne 93/42 » nous dit-on. Mais on oublie de nous dire que cette certification impose juste certaines contraintes d’assemblage du produit, de sécurité, mais aucune obligation d’ordre médical. En particulier pas celle d’avoir fait la preuve du moindre effet thérapeutique. Mais peu importe… recherches scientifiques, dispositifs médicaux… bien-être. Ce n’est pas dit, mais c’est fortement suggéré : « Éveil Lumière » est bon pour la santé. Qu’en est-il réellement ?

Reportons-nous à la publication scientifique indiquée sur le site du constructeur à l’appui de ses affirmations 2. La traduction du titre est déjà très tendancieuse. Là où les auteurs parlent de « l’effet de la simulation de l’aube sur la réponse en cortisol chez des sujets en bonne santé », Philips écrit « rôle positif » de cette simulation. La lecture de l’article est tout autant instructive 3. L’étude scientifique a mesuré sur un groupe de 12 volontaires la quantité de cortisol présente dans la salive, 15 minutes, 30 minutes et 45 minutes après le réveil, en comparant un réveil normal et un réveil avec « simulateur d’aube ». Le cortisol est une hormone qui stimule l’augmentation du glucose sanguin et permet de libérer de l’énergie à partir des réserves de l’organisme. Ce que l’étude montre, sur un échantillon limité, est une augmentation de la quantité secrétée dans la première heure suivant le réveil. Beaucoup d’incertitudes demeurent : le rôle exact de l’augmentation graduelle de la lumière (pourtant vantée dans les dépliants marketing), comparée à une simple exposition à une lumière stable, et surtout l’impact sur le stress, telle que proclamée dans la même brochure. Le cortisol joue un rôle dans les mécanismes du stress, l’effet bénéfique de cure de lumière dans la lutte contre la dépression a été également établi. Mais rien ne permet d’en déduire l’équation proposée : « Éveil Lumière diminue votre stress et augmente votre bien-être », si ce n’est une succession de raccourcis approximatifs et peu scientifiques.

D’ailleurs, la même étude a procédé à une autoévaluation par les participants de leur propre niveau de stress. Aucune différence n’a été constatée. Par contre, les mêmes ont souligné une augmentation de l’excitation sexuelle (« greater arousal »), peut être due à des facteurs psychologiques, selon les auteurs de l’étude. Voilà un résultat intéressant que Philips aurait pu mettre en avant dans la promotion de son produit !

Peu de bases scientifiques donc, malgré les proclamations, mais une bonne dose d’ésotérisme en complément. Ainsi, dans un prospectus distribué sur l’esplanade de La Défense, Philips nous invite, pour lutter contre le stress, à « découvrir l’Éveil Lumière », bien sûr, mais aussi à « nous initier au Feng-Shui pour transformer nos lieux de vie et de travail en espaces apaisants ».

Là où un simple travail marketing aurait suffi pour vendre un réveil, peut-être plus agréable le matin, pourquoi fallait-il à tout prix faire ce mélange pseudo-scientifique et ésotérique ? Pour justifier un prix élevé ? Notre bien-être n’a pas de prix...

Jean-Paul Krivine

1 Véronique Courjault, mère de famille, a été inculpée en octobre 2006 après avoir avoué le meurtre et la congélation de ses bébés.

3 http://www.lajourneeparfaite.fr/services/simulateur-d-aube/Psychology-Angela-Clow-The-Effect-of-
Dawn-Simulation-on-the-Cortisol-Response-in-Healthy-Participants.pdf


Publié dans le n° 277 de la revue


Partager cet article