Accueil / Dans la presse sceptique / Un scientifique combat la tentative de religieux visant à occulter l’exposition de fossiles pré-humains

Un scientifique combat la tentative de religieux visant à occulter l’exposition de fossiles pré-humains

Publié en ligne le 10 janvier 2007 - Croyance - Religion
par Kendrick Frazier - Traduit en français par Dominique Kazmierowski

Le célèbre paléoanthropologue Richard Leakey est engagé dans une polémique avec les dirigeants des églises évangéliques du Kenya, qui exigent que la collection d’hominidés fossiles montrant l’évolution des plus anciens ancêtres de l’Homme soit reléguée dans une arrière-salle.

Leakey considère les propos des religieux comme « les plus scandaleux qu’il ait jamais entendus ».
Il a déclaré au quotidien londonien The Daily Telegraph : « Le musée national du Kenya doit avoir une action forte en ce qui concerne l’exposition de la théorie évolutionniste des origines de l’humanité. Ses collections constituent l’une des très rares raisons de la renommée internationale du Kenya et doivent clairement défendre leur rôle d’avant-garde dans le domaine de la science paléoanthropologique. »

Leakey a longtemps été directeur du musée national kenyan ainsi que responsable national de l’ensemble des musées du pays.

Les collections du musée présentent en particulier le squelette d’Homo erectus le plus complet jamais découvert jusqu’à présent : le Garçon de Turkana, vieux de 1, 7 millions d’années et mis au jour en 1984 par l’équipe de Leakey près du lac Turkana, au nord du Kenya.
Le musée possède également des os de différentes spécimens d’Australopithèque anamensis, considérés comme les premiers hominidés ayant marché debout, il y a 4 millions d’années. Enfin, il détient la plus riche collection d’objets fabriqués par l’espèce Homo sapiens à ses origines.

Les dirigeants de la congrégation pentecôtiste du Kenya, qui revendique 6 millions d’adhérents, désirent que l’on n’insiste plus autant sur ces fossiles humains. Ainsi, l’évêque Boniface Adoyo, à la tête de la plus importante des églises kenyanes, Christ is the answer Ministries, déclare : « La communauté chrétienne est très mal à l’aise que Leakey et son équipe veuillent présenter leurs théories comme un fait. Notre doctrine récuse que nous ayons évolué à partir de singes, et nous sommes choqués que le musée veuille promouvoir la diffusion de quelque chose présenté comme un fait, alors que ce n’est qu’une théorie. »

L’évêque Adoyo rappelle que toutes les églises du pays doivent s’unir pour forcer le musée à modifier son point de vue sur la question lorsqu’il rouvrira en juin 2007, après 18 mois de rénovations. « Nous allons leur écrire, nous allons leur téléphoner, nous ferons en sorte que la population soit mise au courant de ce problème, et nous verrons ce que nous pouvons faire pour que notre voix soit entendue » a-t-il déclaré.

Ce sont ces propos que Leakey a qualifiés de scandaleux. Traitant les membres de l’église pentecôtiste de fondamentalistes, Leakey ajoute : « Leurs théories sont loin, très loin de ce que pense la majorité sur la question. On ne peut leur permettre de se mêler de ce qui est la première collection mondiale pour ce type de fossiles. »

Pour leur part, les actuels responsables du musée semblent sur la corde raide. Ils ont déclaré qu’ils étaient dans une situation délicate en essayant de réorganiser les espaces d’exposition de façon à contenter tous les types de visiteurs. « Nous avons le devoir de présenter chaque objet de nos collections de la meilleure façon qui soit, en sorte que chaque visiteur en comprenne la pleine signification » a déclaré Ali Chege, responsable des relations publiques des musées nationaux du Kenya. « Mais, a-t-il ajouté, les choses peuvent devenir délicates lorsque d’un côté, il y a les opinions religieuses qui déclarent une chose, et de l’autre, les intellectuels, les scientifiques et les chercheurs qui déclarent le contraire. »

Voir le site du Skeptical Inquirer

Lire l’article en v. o.


Mots-clés : Croyance - Religion


Partager cet article