Accueil / Regards sur la science / Une « potion magique » pour donner la confiance ?

Une « potion magique » pour donner la confiance ?

Publié en ligne le 3 juin 2005 -

Depuis le temps que nos politiciens, pour tonifier la croissance ou gagner leurs referendums, s’arrachent les cheveux pour « redonner la confiance » aux citoyens (consommateurs et électeurs), les plus manipulateurs d’entre eux pourraient être tentés d’utiliser la potion qu’ont testée, ainsi que nous l’apprend la revue Nature, des chercheurs de l’université de Zurich sous la direction du Dr. Ernest FEHR.

Le secret du breuvage se logerait dans une petite protéine du nom d’ocytocine, composée de 9 acides aminés et produite dans la région du cerveau appelée hypothalamus.

Cette molécule, connue depuis près d’un siècle, est régulièrement associée à la reproduction (attirance sexuelle, fidélité, comportement maternel, etc.), à un rôle régulateur des rapports sociaux, voire à la gestion du stress par le biais notamment des massages.

Les chercheurs suisses ont testé le rapport de cette molécule avec un comportement confiant, en créant un jeu test,avec des ressorts de motivation financiers (on l’aurait presque deviné :-)) entre des investisseurs et des gestionnaires de fonds.

Le groupe test était constitué de 58 volontaires, une moitié jouant le rôle d’investisseur, et l’autre moitié celui de gestionnaire de fonds. Ces volontaires ont tous inhalés un spray nasal, à base d’ocytocine pour une moitié de chaque catégorie, et de placebo pour l’autre moitié. Bref, un test classique.

Confrontés aux mêmes scénarios de jeux 45 % des investisseurs « dopés à l’ocytocine » ont témoigné d’une confiance maximale envers leur gestionnaire de fonds (contre 21 % des investisseurs ayant inhalé un placebo). Aucune différence comportementale significative n’a été décelée parmi la population des gestionnaires de fond suivant une inhalation de la molécule ou du placebo. Par ailleurs, aucune différence comportementale significative (soit aucun effet de l’ocytocine) n’a été décelée au sein des investisseurs lorsqu’ils ont joué « avec un ordinateur » plutôt qu’avec un gestionnaire de fonds personne physique.

Ainsi cette expérience suggère que la molécule favorise les interactions sociales positives plus qu’elle n’incite à prendre davantage de risques.

C’est pourquoi, dans le même journal, le Dr Antonio Damasio du Département de Neurologie de University of Iowa College of Medicine, évoque les craintes que d’aucuns pourraient développer de voir nos politiciens épandre généreusement un spray à base d’ocytocine sur les foules afin de les convaincre de se rallier à leurs choix ...

Source : [BBC news (en anglais)
http://news.bbc.co.uk/go/pr/fr/-/2/hi/health/4599299.stm] http://news.bbc.co.uk/go/pr/fr/-/2/hi/health/4599299.stm


Partager cet article