Accueil / Regards sur la science / Une tolérance au Sida liée à la protéine HLA-B ?

Une tolérance au Sida liée à la protéine HLA-B ?

Publié en ligne le 27 juin 2011 -
par Guillaume Calu - SPS n° 294, janvier 2011

Pourquoi certaines personnes infectées par le VIH ne développent-elles pas la maladie ? Ces patients, dont le ratio est de 1 sur 300 contaminés, font l’objet d’investigations poussées. Une large étude scientifique suggère que la réponse est dans de légers changements dans la structure de protéines impliquées dans la reconnaissance immunitaire.

Bruce Walker, directeur du Ragon Institute of Massachusetts General Hospital, a dirigé une vaste étude impliquant l’analyse des variations génétiques entre 900 personnes porteuses du virus du Sida mais n’en présentant aucun symptôme et 2600 patients infectés et souffrant du Sida. Grâce à l’analyse du polymorphisme nucléotidique simple (variations fréquentes du génome humain), les chercheurs ont pu identifier 300 sites génomiques statistiquement impliqués dans le contrôle du VIH. Tous ces sites sont situés dans une région codant pour des protéines du complexe majeur d’histocompatibilité, au niveau du chromosome 6.

En ne sélectionnant que quatre sites statistiquement très impliqués dans le contrôle du VIH, les chercheurs ont pu pointer cinq acides aminés spécifiques de la protéine HLA-B. Le site protéique ainsi modifié correspondrait à la zone de reconnaissance des peptides viraux, et jouerait donc un rôle important dans l’immunité contre le virus du Sida. Cette variation peptidique pourrait donc être une des raisons de ces différences entre patients infectés malades ou non-malades.

Sources : Science. DOI : 10.1126/science.1195271

Publié dans le n° 294 de la revue


Partager cet article