Accueil / Un monde fou, fou, fou... / « Vrais » et « faux » crop-circles ?

« Vrais » et « faux » crop-circles ?

Publié en ligne le 16 novembre 2008 - Croyance - Désinformation
par Agnès Lenoire - SPS n° 283, octobre 2008

Depuis le 22 juillet, le Dauphiné libéré rapporte des cas de cercles céréaliers apparus depuis fin juin dans les champs de blé de la Drôme, près de Valence. Le ton des articles est bien sûr celui adopté par tous les médias sur ces cercles de culture : le ton du mystère, laissant entendre que rien n’est expliqué, ouvrant la porte au mysticisme le plus obscur : extraterrestres, ondes surgissant des entrailles de la terre, ou tombant des nues par l’opération d’ovnis, messages assoiffés d’amour etc. Vous trouverez quelques-uns de ces avis imprégnés d’étrange et d’inquiétude dans les articles de ce dossier du Dauphiné ; l’un est qualifié de « spécialiste » par la rédaction du journal ! Or ce spécialiste est un architecte « géobiologiste ». Son avis est donc considéré comme un avis d’expert, jugez-en plutôt : « C’est comme un étau entre des énergies, des forces qui viennent de la terre et qui rencontrent celles qui viennent du ciel, en quelque sorte... Mais c’est de l’amour pur ! »
L’explication est intellectuellement assez fumeuse. Vous ne trouverez donc dans ce dossier aucune explication rationnelle, aucune hypothèse de création par des êtres humains, même pas par le physicien interrogé, qui lui, pense qu’il s’agit de… canulars.

J’entends très souvent cette réflexion à propos des crops-circles : certains seraient des canulars, d’autres seraient des vrais. Et si on s’entendait enfin sur le terme de « canular » et sur la notion de « vrai » appliqués aux cercles de cultures ? Afin de savoir de quoi on parle ? Pour juger d’un canular, il faut d’abord avoir une idée de la vérité qu’il a détournée. Quelle peut bien être cette vérité ? Qu’est-ce qui n’arrive pas à sortir de la bouche de ce physicien au cours de son entretien avec le journal ? Que les vrais cercles seraient le fruit de forces inconnues, extraterrestres, souterraines ou célestes, et que des faux seraient élaborés par des humains ? Je ne parviens pas à comprendre comment un physicien peut raisonner ainsi ! Voici ce qu’il dit : « […] j’ai vu ce que les journaux ou le site Internet décrivent depuis quelques jours, pas plus, pas moins. Il semble, en lisant la presse, que l’on s’oriente vers l’hypothèse du “canular” plutôt que celle du “crop-circle” authentique. » J’avoue que j’aimerais bien comprendre ce qu’est un authentique crop ! Mais en général personne ne le dit nulle part ; le « c’est un canular ! » semble être une porte de sortie pour quiconque n’a pas envie d’avouer ses penchants pour la thèse mystique. Pourtant un canular doit se démontrer, on peut en avoir l’intuition, mais la preuve devient vite nécessaire.

Les cercles sont des créations de land-art par des artistes qui ne se montrent pas, du moins pas au cours de l’élaboration, et c’est bien ce qui alimente la polémique. Les artistes sont souvent narcissiques et on a du mal à comprendre qu’ils n’aient pas envie de se faire connaître, admirer au grand jour. Être reconnus, enfin… Alors que les « crops makers » travaillent à la faveur de la nuit, jouent les magiciens, et nous laissent ébahis au petit matin. Ce qui les motive sans doute, c’est bien sûr le mystère qui fait parler d’eux ; le tapage médiatique qu’ils provoquent autour d’eux s’apparente bien à une reconnaissance de leur talent, puisqu’ils ne se font pas prendre !

Les circlesmakers, groupe britannique né à la suite des deux pionniers de ces cercles 1 travaillent d’ailleurs aussi sur commande. The sun leur avait commandé un sudoku géant près de Bristol, qui a été réalisé dans la plus pure tradition, et ils ont reçu commande de la part de Greenpeace d’un dessin pour leur campagne anti-OGM.

Le Dauphiné termine par cette phrase : « Le champ du possible est toujours infini... », oubliant volontairement que le probable et le sensé devraient y occuper une place de choix.

1 Pour un petit historique de ces cercles, voir http://doutagogo.com/article-686365..., ainsi que l’article d’Agnès Lenoire Crop circles : entre art et ufologie, SPS n° 254, octobre 2002.


Publié dans le n° 283 de la revue


Partager cet article