Science et Pseudo-Sciences n°260

Sommaire

Éditorial. Recherche médicale : le combat contre l’obscurantisme continue Du côté de la science Désinformation, paludisme et DDT Médecine et irrationnel (Marcel-Francis Kahn) Déremboursement partiel de l’homéopathie : devons-nous nous en réjouir ? (Jean Brissonnet) Hier et aujourd’hui. Obsession fortunée Le Droit face au paranormal : magistrats bernés Les effets de trois plantes OGM sur l’environnement Livres et revues : Le mythe Bettelheim, Autisme, Le débat Debray-Bricmont, etc... Petites Nouvelles, gourous, voyants, fakirs Lecteurs et internautes Sornettes sur Internet. Yves Rocard et le magnétisme Nouvelles de l’association Les chroniques de l’Hyper-Paranormal : L’eau sur la terre

L’édito

Recherche médicale : le combat contre l’obscurantisme continue

Au fil des siècles, c’est dans la lutte constante contre la vision du corps humain comme expression d’un ordre transcendant et la maladie perçue comme punition divine, que l’étude rationnelle du corps a permis l’élaboration de la recherche médicale scientifique.

C’est aussi en se dégageant de la pensée religieuse que l’étude concrète et méthodique des faits sociaux alliée au développement de la bactériologie a servi de base à l’élaboration et à l’organisation de l’Hygiène publique chargée de la salubrité.

Lire la suite

Enfin, c’est grâce aux connaissances accumulées par les sciences fondamentales que la médecine passe dans les années 50 de l’impuissance à l’efficacité thérapeutique, inaugurée par les antibiotiques, les sulfamides, les neuroleptiques et la cortisone.

Mais, comme le dit Claude Bernard dans son Introduction à la médecine expérimentale en 1865, « une main habile sans la tête qui la dirige est un instrument aveugle ; la tête sans la main qui réalise reste impuissante » et, sans l’accès aux soins rendu possible par la création de la Sécurité Sociale et de la Médecine du Travail en 1945, qui concrétisent la mutation de la charité en solidarité, cette transformation fondamentale serait restée sans effets.

C’est aussi vers cette époque que les structures hospitalières, de lieux d’accueil pour indigents, deviennent des centres de soins et de recherche.

Mais si la pratique médicale en est transformée, la confrontation idéologique entre approche rationnelle et pensée mystique continue.

Dans les années 50 et 60 la pilule contraceptive déclenche d’âpres affrontements. Pour la première fois, un médicament n’avait pas pour but unique de soigner, mais participait à une nouvelle étape de l’hominisation, la maîtrise de la procréation, ce qui représentait un double scandale :
au niveau politique, en émancipant les femmes de leur rôle traditionnel de reproductrices officialisé par la loi de 1920 ;
au niveau religieux, en violant les « lois de Dieu » que le Pape Paul VI rappelle en 1968 dans son encyclique Humanae Vitae, où il exprime une condamnation catégorique.

La fin du XX e siècle sera marquée par le développement de la procréation médicalement assistée, l’essor de la biologie moléculaire et l’envol des neurosciences.

Le comité d’éthique, où siègent philosophes, juristes et théologiens, est le lieu de débats portant sur la vie, la mort et la filiation à propos de réanimation, d’euthanasie ou de clonage thérapeutique. Si le vocabulaire a changé, le fond persiste et l’on débat sur la définition de la dignité humaine à propos des embryons surnuméraires et de leurs cellules souches, ce qui est assez surréaliste dans un pays où l’avortement est légal jusqu’à douze semaines. Ces embryons constitués de quelques cellules résultent des tentatives acharnées de fécondation qui témoignent du concept purement animal de filiation motivant ceux qui les ont sollicitées 1.

Il est saisissant d’observer que le clonage de la pensée par la manipulation médiatique suscite moins de réactions. Celles-ci viendront peut-être dans les prochaines décennies, dont tout laisse à penser qu’elles verront s’amplifier les recherches en neurosciences.

Depuis ses origines, l’étude rationnelle du corps pour en comprendre et maîtriser les dérèglements s’inscrit dans un combat constant contre l’obscurantisme, combat dont l’issue est tributaire du contexte historique.

1 Le débat sur le clonage confirme ce mode de pensée réducteur de l’être humain à ses gènes Jean-Jacques Kupiec et Pierre Sonino, Ni Dieu ni gène, Seuil, 2000.

Ce numéro est disponible en version papier

Acheter