Accueil / En direct de l’ASP / Le ver pique-assiette

Le ver pique-assiette

Publié en ligne le 2 septembre 2006 - SVT

Lorsqu’on est un pique-assiette, qu’on commence à se sentir à l’étroit chez son hôte et que le temps se gâte, mieux vaut prendre la poudre d’escampette ! C’est la devise du ver gordien. Et ça marche, si l’on en croit l’étude publiée dans Nature par les biologistes français Fleur Ponton et Frédéric Thomas.

Jugez plutôt : ce ver nématomorphe (Paragordius tricuspidatus) est un parasite des grillons et sauterelles. À l’état larvaire, il coule des jours heureux à l’intérieur de son insecte jusqu’au moment où il atteint sa taille adulte (10 à 15 cm). Il doit alors regagner le milieu aquatique pour se reproduire. La stratégie ? Pousser son hôte au suicide ! Celui-ci se jette donc à l’eau... pour le plus grand bonheur d’un prédateur - poisson ou grenouille - à l’affût. Sur le fil du rasoir, le ver gordien n’a que quelques minutes : il quitte l’organisme de l’insecte, remonte le long du tube digestif du prédateur et s’en échappe par une narine, la bouche, voire une branchie lorsqu’il s’agit d’un poisson. Opération réussie !


Mots-clés : SVT


Partager cet article