Accueil / Notes de lecture / Au cirque. Nouvelles

Au cirque. Nouvelles

Publié en ligne le 15 juillet 2004
Note de lecture d’Agnès Lenoire - SPS n° 252, mai 2002

« La réalité réalisait. Ignorante d’elle-même, et se souciant comme d’une guigne de se connaître. Elle était. En paix avec soi. » Extrait. Page 110.

Didier Nordon nous offre un petit carnet de notes très sobre, émaillé des illustrations de son compagnon de route Matyo, qui est aussi sa griffe d’éditorialiste dans le mensuel Pour la Science. Tous deux maîtrisent cet art difficile d’écorcher sans méchanceté.

En matière de satire, Didier Nordon n’en est pas à son coup d’essai, et c’est à chaque fois un coup de maître. Dans son précédent ouvrage, Des cailloux dans les choses sûres (éditions Belin), il épinglait les travers des scientifiques. Ici, son regard perspicace et ironique balaie une plus large plage de la pensée occidentale. Au Cirque est la première des treize nouvelles qui composent ce recueil. C’est aussi une métaphore de notre société, où se donne en spectacle la fine fleur de nos intellectuels, sous les yeux esbaudis du grand public.

À noter que Didier Nordon, professeur de mathématiques lui-même, ne dédaigne pas l’autodérision : seul le mathématicien se fera jeter du spectacle pour avoir provoqué l’ennui chez les spectateurs. Il s’obstinait en effet à saisir, en se jetant dans le vide depuis un trapèze, une corde qui montait jusqu’à l’infini. En vain.

La suite est une série de paraboles où se mêlent personnages illustres ou anonymes, tous croqués avec humour et bienveillance. Dans le chapitre « Relativité renversante », nous suivons Einstein acteur, malgré lui, de l’effondrement des constructions humaines, conséquence de sa nouvelle théorie et de la mort trop vite affirmée de celle de Newton.

Une théorie en renverserait une autre et le monde n’y survivrait pas ? Comme si la réalité épousait point par point la cause des équations mathématiques, vanité d’un rêve de puissance théorique inassouvi...

Et justement, l’auteur s’y attaque, à ce fameux décalage entre l’homme rêvant de pur intellect et la réalité. Ce combat fait l’objet du dernier chapitre, où l’on assiste aux batailles historiques, successives... et rangées entre Homme et Réalité.

Je ne vous dirai pas qui gagne : lisez le livre


Mots clé associés à cet article

Cet article appartient au sujet :

Autres mots clés associés : Science

Publié dans le n° 252 de la revue


Partager cet article