Accueil / Regards sur la science / Gaz de schiste

Regards sur la science

Gaz de schiste

Publié en ligne le 17 juin 2014 - Gaz de schistes -
par Jean-Pierre Kahane - SPS n° 307, janvier 2014

L’Académie des sciences publie un avis sur les gaz de schiste, préparé par son comité de prospective en énergie. C’est un sujet sensible, en raison des intérêts en jeu et d’une inquiétude qui, faute de prise directe sur les problèmes scientifiques et techniques comme sur les décisions politiques, se transforme volontiers en opposition systématique à tout ce qui est nouveau. L’Académie insiste sur les recherches à développer, impliquant les laboratoires universitaires et ceux des grands organismes. L’avis et les recommandations sont disponibles sur le site de l’Académie.

Les recommandations britanniques, citées en annexe, méritent attention. Elles interviennent après un examen des principales données concernant le Royaume-Uni et consistent en ceci :

- donner la responsabilité principale de la réglementation de l’extraction des gaz de schiste à un régulateur unique ;

- renforcer le rôle et les moyens des agences de régulation, en leur apportant des ressources supplémentaires en tant que besoin ;

- imposer une évaluation des risques environnementaux pour toutes les opérations portant sur les gaz de schiste, et faire en sorte qu’elles soient soumises pour analyse aux régulateurs ;

- réaliser une cartographie de l’état initial et assurer le suivi de la contamination éventuelle avant, puis pendant la durée de l’activité d’exploration et d’exploitation ;

- assurer une surveillance rigoureuse du méthane dans les eaux souterraines, de la sismicité et des fuites de méthane avant, pendant et après la fracturation hydraulique ;

- renforcer le système d’inspection des puits pour garantir que leur conception inclut non seulement une perspective « santé et sécurité » mais aussi une perspective environnementale ;

- pratiquer des tests adaptés d’intégrité des puits dans un cadre standardisé ;

- établir des procédures de pilotage intégré pour s’assurer que l’eau est utilisée de façon durable et pour minimiser les déchets.

Le sujet a été largement débattu en Grande-Bretagne, et il serait bon qu’il le soit également en France. L’avis de l’Académie me semble un élément important du débat, et il sera d’autant plus utile que celui-ci se développera sous tous ses aspects. Depuis toujours, la démocratie suppose le débat sur les grandes questions politiques : l’exploitation des gaz de schiste est aujourd’hui une grande question politique.

]