Accueil / Notes de lecture / Histoire de la Chimie en 80 dates

Histoire de la Chimie en 80 dates

Publié en ligne le 28 juin 2015
Note de lecture de Kévin Moris

Les auteurs travaillent dans le domaine de la chimie : A. Sevin est directeur de recherche émérite au CNRS, C. Dezarnaud Dandine est enseignant-chercheur à l’Université Pierre et Marie Curie et ils sont tous deux rattachés au Laboratoire de Chimie Théorique de cette université.

En introduction, les auteurs rappellent que la « chimie est la science de la matière, de ses structures et de ses transformations » (p. 1), puis font part de leurs objectifs : s’adresser à des « non-spécialistes, n’ayant que des notions très générales de chimie », pour présenter une histoire de la chimie « accessible à tous ». Et ils y parviennent haut la main. Ainsi, très rares sont les passages avec un vocabulaire un peu technique, qu’un non-initié pourra passer rapidement.

Les quatre premières parties sont chronologiques : « Préhistoire et Antiquité », « Du Moyen Âge aux Lumières », « Lumières et Révolutions » et « La chimie à l’ère de la théorie atomique ». En fait, plutôt que les « 80 dates » évoquées dans le sous-titre, ce sont des périodes historiques qui sont choisies, souvent liées à un savant qui a marqué son temps. Chaque double page concerne une étape de l’histoire de la chimie : une description succincte des notions abordées, replacée dans les contextes historique et sociétal, et souvent accompagnée d’éléments biographiques des savants acteurs des découvertes. De nombreuses illustrations, ainsi que des encadrés pour des explications plus précises ou des précisions de différentes époques, enrichissent le propos.

Les découvertes des savants sont évidemment choisies avec le recul qui permet de juger de leur qualité. Cela s’accompagne d’un récit vivant à travers le portrait d’hommes et de femmes exceptionnels, et dans lequel le jeu de la construction scientifique tient toute sa place : ainsi, les auteurs montrent que les différentes théories qui n’ont plus de fondements empiriques sont progressivement abandonnées.

La dernière partie, intitulée « Quand l’univers fait sa chimie » est plus originale, puisqu’il s’agit d’expliquer en quoi les transformations de la matière accompagnent l’évolution de l’Univers depuis ses débuts. On peut ainsi comprendre les différents aspects d’une évolution chimique qui a précédé l’apparition de la vie.

Deux index terminent l’ouvrage : l’un des noms propres, un autre des notions-clés.

Cette lecture est très agréable pour le chimiste de formation que je suis, mais je ne doute pas qu’elle puisse l’être aussi pour toute personne quelque peu intéressée par la chimie ou son histoire : les notions développées dans l’ouvrage peuvent effectivement contribuer à « comprendre et admirer la nature dont les beautés restent inépuisables et paraissent encore plus évidentes quand on en connaît les mécanismes intimes » (p. 2).


Partager cet article


]