Accueil / Notes de lecture / 10 Questions sur les OGM

10 Questions sur les OGM

Publié en ligne le 9 novembre 2014
Note de lecture de Louis-Marie Houdebine - SPS n° 310, octobre 2014

Encore un livre sur les OGM ! Est-il de trop ? Non, car une large majorité des citoyens français ne sait pas ce qu’est un OGM et les informations qu’ils reçoivent sur ce sujet sont, pour la plupart, fausses. Il faut donc faire encore de la pédagogie. C’est la raison d’être de ce petit livre.

Les questions posées sont les suivantes : 1) Qu’est-ce qu’un OGM ? 2) Y a-t-il des OGM autres que des végétaux ? 3) Quel est le développement des plantes génétiquement modifiées (PGM) dans le monde ? 4) Quel est l’effet des PGM sur l’environnement ? 5) Quel est l’effet des PGM sur l’alimentation et la santé ? 6) Quel est l’impact économique des PGM actuellement cultivées ? 7) Peut-on ressemer des PGM ou les utiliser librement dans des programmes d’amélioration végétale ? 8) Peut-on savoir si l’on consomme des PGM ? 9) La coexistence entre les PGM et l’agriculture conventionnelle et biologique est-elle possible ? 10) En quoi les PGM peuvent-elles aider à relever les défis du XXIe siècle ?

Le livre répond à toutes ces questions de manière claire et succincte sans entrer dans les détails, en particulier techniques. Un glossaire de trente-six mots est propre à aider le lecteur. L’auteur, agronome et biologiste végétal, a ajouté à ses réponses cinquante références auxquelles on pourrait joindre celle d’un rapport récent rédigé par des experts et publié par l’Académie d’Agriculture de France 1.

Après dix-huit ans de culture de PGM dans le monde, on peut raisonnablement faire un bilan a posteriori. Les effets bénéfiques des PGM apparaissent nettement supérieurs aux risques. Ces effets bénéfiques sont plus élevés que ce qui était attendu, particulièrement en ce qui concerne les agriculteurs les plus déshérités. Le livre fait, de plus, un bref inventaire des PGM de deuxième génération qui, destinées surtout aux consommateurs, sont en projet ou en développement.

Publié dans le n° 310 de la revue


Partager cet article