Accueil / Entre l’espoir et le faux-mage / Pseudo-projet d’un moratoire citoyen

Pseudo-projet d’un moratoire citoyen

Publié en ligne le 27 juin 2008 -
par Jacques Poustis
Depuis décembre 2011, les meilleures textes de cette chronique ont fait l’objet d’une parution exclusive dans un livre de la collection "Une chandelle dans les ténèbres" sous le titre Entre l’espoir et le faux mage aux éditions Book-e-book.

Halte aux risques liés à la consommation des plantes 100 % naturelles mais toxiques !
Les allergies liées à la consommation de végétaux sont depuis la nuit des temps un véritable fléau pour l’humanité : allergies aux arachides, à certains fruits (kiwis, bananes, noix de coco, fruits à noyaux…), à certains légumes secs (soja, haricots…) et à de multiples graines (blé, orge, seigle, sésame, tournesol, moutarde, pavot...)…

Nous, MCPNGT, demandons solennellement qu’un moratoire soit décrété par l’OMS, l’ONU et l’UE afin d’arrêter la production et la commercialisation des plantes naturelles reconnues toxiques ou allergisantes !... Pendant combien de temps me dites-vous ?... Heuuu… Compte tenu de l’expérience désastreuse de l’amiante, un moratoire de 50 ans nous paraît être le minimum acceptable ! Cela permettra d’étudier sur le long terme l’impact sanitaire exact de ces plantes naturellement assassines.

Ce que nous exigeons :
1.
dès que le moratoire sera décrété, un panel de scientifiques émérites se mettra au travail afin qu’à l’aube de l’année 2058 une liste indiscutable des végétaux cultivés ou sauvages, reconnus ou soupçonnés d’être toxiques ou allergisants, soit établie.

2. ce panel de scientifiques vivra en milieu confiné pendant les 50 ans que durera leur mission, afin que la dissémination et la pollution d’influences néfastes venues des grands lobbies financiers ou idéologiques (comme Monsanto ou Greenpeace…) ou des pseudo-lobbies (comme l’AFIS) ne puissent en aucune façon les contaminer.

Ces études permettront :
1.
d’évaluer la toxicité des plantes incriminées dans l’alimentation humaine ou animale.

2. de classer ces toxicités selon une échelle de dangerosité à chaque étape de leur croissance.

3. d’évaluer pour une même espèce végétale, cultivée ou non, les risques de dissémination pollinique d’une variété par exemple très allergisante vers une variété – génétiquement proche et géographiquement voisine – mais moins ou non allergisante.

Il est évident que pour les plantes cultivées, ce moratoire ne concernera que les cultures traditionnelles ou biologiques. En effet les cultures actuelles de PGM (plantes génétiquement modifiées) ne sauraient, pour l’instant, être concernées par ces travaux dans la mesure où ces PGM – bien qu’étant les productions agricoles les mieux suivies et les plus contrôlées au monde – n’ont toujours pas montré la moindre toxicité alimentaire, tant au niveau des expérimentations scientifiques de laboratoire, que sur la durée de leur consommation humaine ou animale (plus de douze années de consommation intensive dans le monde). Mais il n’en reste pas moins que si une PGM présentait un jour le moindre risque alimentaire, elle rejoindrait sans attendre les plantes naturellement toxiques concernées par le moratoire (au MCPNGT, nous sommes intransigeants c’est vrai, mais certainement pas intégristes).


Nous avons décidé de commencer notre action de pré-sensibilisation au moratoire par un geste symbolique fort. Ne laissons plus une culture traditionnelle comme celle du tabac intoxiquer notre sympathique José Bové un peu plus chaque jour ! Commençons par aller à son domicile privé lui faucher volontairement toutes ses pipes puis, en plein champ, allons faucher son tabac préféré. S’il s’y oppose – et c’est son droit le plus strict – désobéissons-lui !

Aux armes citoyens, pour qu’enfin, par l’opération du Saint Principe de Précaution, un sang pur abreuve nos sillons !

Et dès aujourd’hui donnons-nous rendez-vous pour une vie saine et apaisée en 2058, à la fin du moratoire…

Jacques Poustis,
Membre unique du MCPNGT
(Moratoire Citoyen sur les Produits Naturels Génétiquement Toxiques)

Partager cet article


]