Accueil / Notes de lecture / LES MIRACLES DE LA BIBLE

LES MIRACLES DE LA BIBLE

Publié en ligne le 26 février 2019
Notes de lecture Jean-Paul Krivine - SPS n°326, octobre / décembre 2018

LES MIRACLES DE LA BIBLE vus par un illusionniste

Gérard Majax

First Éditions, 2018, 260 pages, 19,95 € 


LES MIRACLES DE LA BIBLE VUS PAR UN ILLUSIONNISTE Gérard MajaxGérard Majax est un illusionniste qui s’est particulièrement fait connaître du grand public grâce à plusieurs émissions de télévision qu’il a animées dans les années 1980 et 1990. Très tôt il s’est attaché à démystifier les charlatans qui faisaient passer de simples tours de prestidigitation pour des pouvoirs surnaturels. Gérard Majax est l’auteur de plusieurs ouvrages, certains bien entendu consacrés à son art, mais d’autres à son combat de démystification (Les faiseurs de miracles, Gare aux gourous). Dans ce dernier livre, il nous invite à porter un regard particulier sur les miracles relatés dans les Écritures saintes. Il prend le parti, le temps de l’ouvrage,  « de considérer qu’ils s’étaient bien produits  » p. 13) pour suggérer des explications rationnelles. Il prend cependant bien le temps de rappeler que ces récits sont, par ailleurs, eux-mêmes sujets à caution. Dans les mythes, rappelle-t-il,  « très vite, on ne peut plus distinguer ce qui vient d’un passé lointain de ce qui a été ajouté par d’habiles rédacteurs » p. 74). De plus, dans des temps reculés,  « l’interprétation miraculeuse d’un phénomène physique rare paraissait autrement plus excitante et plus crédible qu’une explication scientifique à laquelle [les peuples de l’époque] n’avaient de toute façon pas accès » p. 15).

Dans une première partie, l’auteur explique comment se produit une illusion. Il illustre le propos sur des événements historiques, mais aussi sur sa propre expérience de démystificateur (il narre ainsi quelques épisodes fameux, par exemple celui où il démasque Uri Geller, le « tordeur de cuiller », ou encore celui où il est invité à suivre un guérisseur par imposition des mains).

Vient, dans une seconde partie, l’analyse des miracles rapportés dans l’Ancien et le Nouveau Testament. Le lecteur, même ignorant des grands événements bibliques, lira ces pages avec grand intérêt. Gérard Majax rappelle à chaque fois la description donnée par les textes sacrés, précise ensuite leur signification et leur contexte pour, ensuite, proposer une explication possible. Cette explication va s’appuyer sur des événements climatiques ou géologiques attestés (éruptions volcaniques, tremblements de Terre…), sur des phénomènes physiques possibles (mais il n’en donne pas toujours les références scientifiques qui permettraient au lecteur d’approfondir) ou sur des mystifications connues de l’époque et qu’un magicien du XXIe siècle saurait facilement reproduire. L’auteur rappelle que la crédulité rend plus plausible l’explication surnaturelle. Ce qui est vrai aujourd’hui l’était également il y a 2 000 ans.

Il ne faut bien entendu pas voir, dans les propositions d’explication données, l’affirmation selon laquelle les choses se seraient vraiment passées ainsi. Le récit biblique lui-même est sujet à caution et de nombreux historiens se sont penchés sur le sujet. Mais l’analyse donnée par Majax suggère que, même en supposant les miracles rapportés comme relatant des phénomènes qui se sont réellement produits, il existe toujours des explications possibles qui relèvent de la rationalité et non de la pensée magique.


Partager cet article