Accueil / Notes de lecture / Bioéthique et liberté

Bioéthique et liberté

Publié en ligne le 1er juin 2004
Note de lecture d’Agnès Lenoire - SPS n° 265, décembre 2004

« Quitte à faire des enfants, la technique classique passant par le commerce d’un homme et d’une femme sous ou sur la couette présente des avantages et des attraits tels que je n’envisage pas que l’humanité y renonce en bloc de gaieté de cœur. » Axel Kahn, à propos du clonage, page 77.

Ce petit ouvrage est annoncé dans son prologue comme un « affrontement » entre un philosophe (D. Lecourt) et un scientifique (A. Kahn). Pourtant, d’affrontement vous ne verrez point. La seule divergence sera celle concernant le clonage reproductif, où Kahn craint une prise de pouvoir du parent cloné sur son double, lui faisant courir le risque d’un déterminisme implacable. Lecourt, lui, fait confiance au pouvoir diversificateur de l’environnement, garant de l’évolution de l’enfant vers l’autonomie.

Sur les autres sujets, comme l’usage que l’on fait de nos savoirs ou bien la définition de l’humanisme, nos deux protagonistes se retrouvent. Ils font tous deux le constat que, bien qu’il n’y ait jamais eu de science totalement détachée de la contingence économique, nous sommes à une époque où le phénomène enfle considérablement, soumettant les chercheurs à une finalité productiviste pressante, voire oppressante.

Enfin ils sont d’accord sur la haute valeur à accorder à l’Autre dans la construction de l’individu. Valeur absolue et fondatrice pour Kahn, plutôt culturelle et actrice pour Lecourt. Dans ce débat riche, fluide, courtois, le lecteur appréciera que chacun des deux interlocuteurs mette en pratique sa conviction altruiste : Kahn construit Lecourt, lequel le construit en retour.

Un vrai bonheur.


Mots clé associés à cet article

Cet article appartient au sujet :

Autres mots clés associés : Éthique - Philosophie - Science

Publié dans le n° 265 de la revue


Partager cet article